"

WEEK END AMERINDIEN AUX TIPIS DU BONHEUR DE VIVRE

DU 6 ET 7 OCTOBRE 2012

Voici le reportage de mon Amie Patricia

                                       Chez Jean

  http://www.lebonheurdevivre.net/ 

Un petit retour sur un sîte où j’adore être, il faut le dire. Me voilà donc avec mon paquetage sur les routes de la Sarthe, pour Brûlon « aux tipis du bonheur de vivre ».

Je suis arrivée la veille d’un week-end amérindien. Le vendredi était un séjour tout à fait ordinaire pour les clients à une exception près : ils ont eu la chance de pouvoir échanger avec deux natives, Kevin Dust et Kendall Old Elk. Ce sont des moments magiques et privilégiés qui peuvent arriver à tout moment lors de vos séjours.

            

Vous n’aurez qu’une synthèse de ce week end. A l’inverse des conférences, relatées dans leur intégralité, j’ai estimé qu’il fallait garder une part de mystère pour tous ceux qui viendront ensuite lors de ces séjours.

PROGRAMME :

 

Arrivée le SAMEDI à14H30   Le DIMANCHE
  • Accueil avec toute l'équipe
  • On laisse les portables, les montres et on apprend l'histoire des peuples des plaines
  • On apprend àmonter un tipi
  • On se détend dans le hammam traditionnel, la hutte de sudation (20mn)
  • Enseignements traditionnels de la chasse avec l'arc et le tomahawk
  • On se retrouve pour les danses avec Kendall et Kevin
  • Diner suivi de la veillée contes et légendes avec les chants des amerindiens autour du feu
  • Nuitée en tipi avec son feu
  • Reveil en musique et étirements
  • Petit déjeuner typique
  • Canoé sur la rivière
  • Temps libre
  • Déjeuner
  • Atelier (fabrication d'un tipi de 50CM de haut )
  • Debriefing du weekend
  • On récupère les montres et les portables
  • Derniers sourires, derniers échanges avant de se quitter.

 

Le planning a été quelque peu perturbé par les intempéries du samedi, mais toutes les activités ont été maintenues. C’est ce que j’apprécie ! Ce n’est pas ce qui m’est arrivé lors de mon dernier déplacement à Olhain, pour une rencontre amérindienne, où aucune information n’avait été mise à disposition du public alors que les ¾ du programme n’étaient pas respectés.

Venez avec moi pour suivre une aventure hors du temps. Osez, vous laisser transporter par cette magie qui anime ce camp, et avant de franchir la porte, vous devrez laisser votre portable, votre montre, et autre souci en tout genre, bref, tout ce qui peut interférer dans votre aventure.

                                     LES ACTIVITES EXTERIEURES

Malgré une pluie incessante le samedi, tous les protagonistes étaient au top et se sont prêtés au jeu du lancer de tomahawk et du tir à l’arc.

 

  Bon, moi j’vous le dis, pas facile ! A plat ventre et sous la pluie !!!!

                      

                            Là, j’vous fais voir comment on fait ! N’est ce pas Alex !

 

  Tout est dans le style

Détente en hutte de sudation, le hammam traditionnel. Là encore, aucune pratique spirituelle. C’est vraiment une relaxation et un moment de bien être. Nous avons eu la chance de nous retrouver en milieu naturel et non dans un établissement du genre piscine avec une vague odeur de chlore.

                                  

                                           Ce n’est pas vraiment flagrant, mais là, il pleut !

Comment monter un tipi : Nouveau disign inventé par les clients :  deux cordes en son centre et en mode piloti….et surtout penché du côté où il va tomber. Tous les ans, Jean a le droit à une imagination débordante de ces convives.

Bon ! Il est vrai, ce n’est pas facile, on ne réussit pas du premier coup. Déjà compliqué avec une petite hauteur, alors je vous laisse imaginer quand la perche atteint les 6m    

                                              

                            ATTENTION CAMERAMAN FR3 EN DANGER !

                              

           Cela vous tente un petit tour en canoë ?

                                                A L’INTERIEUR DU

                     

ATELIER :
Construction d’un tipi de 50cm.

Paraîtrait-il que la femme s’occupait de monter le tipi. Nous avons là un très bon exemple ! Non ?

  

Non, non, ce n’est pas une saucisse, juste le petit panneau sur lequel sera inscrit le nom du tipi dans lequel vous avez dormi, ou de la nation que vous préférez.

Qui a lancé « Tortue Ninja » ????


La toile est de la récupération sur les tipis usagés. On ne doit pas les jeter mais les brûler, ou comme ici redonner une deuxième vie et un souvenir à emporter.

L’équipe toujours aux petits soins pour  nous. Voici Sandrine et  Bob !

Et oui, il pleut encore un peu, mais qu’importe ! La chaleur est là, autant par le foyer que par le cœur de chacun.

 

Cherchez l’erreur, ce n’est pas noël, il n’y aura pas de cadeaux dans les baskets.

A gauche Damien venu rejoindre l’équipe en mai.

Jean : « J’espère que vous saisissez la chance que vous avez, car les amérindiens ne communiquent pas fréquemment. Mais Kévin et Kendall adorent parler de leur culture ».

Ils s’investissent énormément sur le camp.

Evidemment ils sont payés, ce sont des artistes. Mais au-delà de çà, aujourd’hui, Kendall s’est mis aux fourneaux pour concocter un plat typiquement crow.

C’est de son propre chef. Personne ne l’a obligé.

IMPACT ECOLOGIQUE DU CAMP :

Offrir des séjours comme celui-ci est une bonne chose. Mais il ne faut pas oublier de mettre en pratique la philosophie de cette culture en rapport avec la Terre Mère.

12000 repas sont servis pendant la saison, donc énormément de vaisselle, beaucoup d’eau utilisée. Que faire ? Assiettes en pulpe de canne à sucre et couverts en peuplier est un bon compromis et çà ne coute pas cher.

Acheter des produits locaux, bannir coca cola…. Des tas de petites choses qui font beaucoup pour l’avenir.

                 

CONCLUSION

Chaque séjour est différent, tant par les liens qui se créent, les découvertes, le ressenti…Certains viennent pour la deuxième ou troisième fois, en amenant dans leur sillage famille, ami(e)s.

Si après ce séjour, vous n’avez eu que l’impression de jouer aux indiens, alors vous n’avez rien compris et n’avez pas su écouter.

Phrase clés de Jean : « ….On ne prend pas le temps. On ne fait pas attention à ce qui nous entoure…. On doit respecter la Terre, s’ancrer en elle….».

Jean nous dit qu’il a passé le stade de « passionné », il va au-delà, il a la tâche de transmettre son savoir, de faire tomber tous les clichés hollywoodiens, les mythes qui perdurent sur cette culture, souvent erronés.

Kendall : « …Nous n’ignorons pas le génocide perpétré sur notre peuple, les différents problèmes dans nos réserves (alcool, chômage…). Mais ce n’est pas ce que je suis venu transmettre. Je veux voir au-delà et  me tourner vers l’avenir. Si nous sommes négatifs, nous serons tirés vers le bas. Ce n’est pas une bonne chose d’envoyer de l’argent sur les réserves. Vous pouvez récolter des vêtements et venir nous les apporter, ou, mieux participer à des programmes avec nous. »

j'ai souhaité vous faire partager ce séjour afin que chacun comprenne que le folklore n’est pas tout, et qu’il existe un réel respect de cette culture, et des natives sur ce camp.

                                                   

Vous ne ressortirez probablement pas tout à fait indemne de cette expérience, après avoir tissé des liens d’amitié au contact de toute l’équipe, Kévin et Kendall, après la veillée, les histoires, les contes, les chants, l’humour, le rire, « le bonheur de vivre »… le week-end se conclut par le « debriefing », que j’appellerais plutôt un cercle de parole…. Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais ce passage très intense pour chacun, était chargé en émotion.

             

Je remercie toutes les personnes des Tipis, et salue l’excellent travail qui fait de ce camp « une merveille » C’est l’occasion pour les visiteurs de faire sa propre introspection, de lâcher prise.


Maintenant c’est à vous de venir vous faire votre propre opinion !

Bientôt les 10 ans du camp le 21 juin 2013 !

PETITS CONSEILS :

Pensez à ne pas oublier bêtement dans l’entrée vos chaussures de rechange. L’herbe le matin, çà mouille, et surtout avec de fortes pluies, sinon, vous risquez de passer ces quelques jours, comme moi, en tongues…..mais ce n’est pas désagréable.

Une lampe…..suivant la saison à laquelle vous y allez, le ciel peut être couvert, il peut y avoir du brouillard pour aller se coucher, et alors on ne trouve plus son tipi !!

Petits mouchoirs…. Le départ est dur….. !!!!

REPORTAGE DE 

                 

Page suivante > Ornans 2013


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site