"

4.Les Grands Chefs

Satanta - Set-Tainte 
1830 - 1878
Chef Kiowa
Né dans les Plaines du Nord, Satanta était le fils de Red Tepee, qui était le gardien du Tai-me, la poupée sacrée et la la médecine la plus puissante de la Danse-du-Soleil Kiowa. Pendant son enfance on l'appelait Guaton-bain ou "Big Ribs".

Il était jeune homme quand un grand guerrier "Black Horse", lui présenta un bouclier qu'il utilisait lors de ses raids au Texas et au Mexique. Pendant les premiers jours de la Guerre Civile il mena de nombreux raids le long de la Santa Fe Trail. Il voulait devenir plus tard le principal chef des Guerres Kiowa des années 1860 et 1870 et était appelé "The Orator of the Plains".

En 1865 Satanta participa, avec trois autres hommes, aux négociations qui conduisirent au traité de Little Arkansas River.

Quand "Little Moutain" décéda en 1866, Satanta s'est imposé comme le leader de la faction guerrière des Kiowa. Son rival était "Kicking Bird" de la faction pacifique des Kiowa. Il résulta de cette rivalité, que "Lone Wolf" devint le choix de compromis et chef principal. En attendant, Satanta et ses guerriers continuèrent les raids au Texas. Célèbre pour son éloquence, Satanta prit la parole au Traité de Medecine Lodge de 1867 où les Kiowas durent céder leurs terres dans les vallées de Canadian et Arkansas River et acceptèrent de s'installer dans une réserve dans l'"Indian Territory". Cependant une partie des Kiowas ne se pressait pas pour gagner leurs terres de l'"Indian Territory".

Après quoi, les Kiowa furent malheureux dans leur petite et pathétique réserve, ce qui les incita à résister, faire des incursions et se battre contre les blancs. Quand Satanta arriva avec un drapeau de trêvepour indiquer à l'Armée des Etats-Unis qu'il n'était pas avec "Black Kettle" à la Bataille de Washita, le Général Philipp H. Sheridan le prit en hotages ainsi que plusieurs autres chefs jusquà ce que leurs bandes aient gagné le Territoire Indien. En mai 1871, Satanta était en guerre avec Satank, Big Tree et Mamanti, à l'attaque d'un train de chariots de Warren. Plus tard il furent traduit devant la justice après s'être vantés ouvertement de leurs exploits. Satank essaya de s'échapper sur la route du Texas; il fut tué. Big Tree et Satanta se présentèrent au procès et condamnés à mort. Mais les groupes Indiens des droits objectèrent que les punitions étaient disproportionnées. Le Bureau des Affaires Indiennes affirma même qu'ils devraient être libérés car les faits étaient en relation avec la guerre et non un meurtre. En 1873, Ils furent relachés contre l'engagement d'un bon comportementpour eux-mêmes et pour toute la tribu Kiowa. Cependant les Kiowa, les Comanches, les Cheyennes et les Arapaho reprirent leurs raids contre les colons blancs sous la conduite du chef Comanche Quanah Parker. Ces actions constituèrent le début de la Red River War de 1874-1875. Satanta essaya de prouver aux fonctionnaires de l'Armée qu'il n'avait pas prit part aux incursions. En septembre 1874, Big Tree se présenta à l'Agence Cheyenne à Darlington pour indiquer que Satanta voulait se rendre pacifiquement. Prit au mot Satanta se rendit le mois suivant. Bien qu'il s'avère qu'il avait bien tenu parole, Satanta fut mis en garde à vue puis emprisonné à Huntsville au Texas.

Quelques Kiowa furent emprisonnés, d'autres pendus, et d'autres furent transférés dans d'autres réserves. Santana fut emprisonné pendant plusieurs années

Le 11 octobre 1878, malade, fatigué, désespéré pensant qu'il ne serait jamais relâché, Satanta se suicida dans l'hôpital de sa prison en sautant par une fenêtre.

Le guerrier fier et digne fut enterré au cimetière de la prison à Peckerwood Hill au Texas où l'on dit que son fantôme résida. En 1963, son arrière petit-fils, James Auchiah, eut la permission d'emporter les restes de Santana à Fort Sill en Oklahoma, pour être enterré avec d'autres chefs Kiowa.

 

 

  Kicking Byrd       
Tené-Angp'ote
1835/1875
Chef Kiowa
Petit fils d'une captive Corbeau adoptée
par la tribu.

Kicking Bird, est l'un des signataires de Medecine Lodge (Kansas), le 21 octobre 1867.
Très tôt il admet l'inutilité des guerres contre les Etats Unis. Avocat de la paix au moment du soulèvement de 1873, que réussissent Lone Wolf et Satanta, il use de sa grande influence pour éteindre les passions et convaincre les 3/4 des hommes de la tribu à ne pas y prendre part.
Il devient le Chef suprême des Kiowas, après l'emprisonnement des Chefs Hostiles.
Sa trop grande amitié pour les blancs lui vaudra des inimitiées mortels, et c'est le 5 mai 1875 qu'il meurt empoisonné.

Kintpuash (Captain Jack)
Chef des Modocs.

chef Kintpuash, connu sous le nom de Captain Jack, ramena une partie de son peuple en Californie. Lorsque les Modoc refusèrent de retourner à la réserve, éclata la guerre Modoc de 1872-1873. En 1873, Captain Jack se rendit et fut pendu. Un certain nombre des rebelles furent renvoyés dans la réserve klamath, et ceux qui restaient furent envoyés dans la réserve quapaw, en Oklahoma. La réserve klamath fut démantelée en 1963, et les Amérindiens de la réserve quapaw fusionnèrent avec d'autres peuples.

 

 Two Moons           

Two Moon était un des chefs de guerre à la bataille de Little Big Horn, en 1876, lorsque le régiment de Custer fut anéanti par la force combinée des Sioux et des Cheyennes.

 

 

                          

Mangas Coloradas

Apaches Mimbres du Sud Ouest du Nouveau Mexique.

En 1837, des Mexicains massacrèrent des indiens mimbres. Suite à cette action, Mangas Coloradas s’imposa comme chef. Il cherchait à être en paix avec les Américains mais haïssait les mexicains. Néanmoins il aida Géronimo à Apache Pass où il faillit perdre la vie.

En 1863 il se fit capturer par des chercheurs d’or. Un an plus tard, pendant la marche qui menait les Apaches à la réserve de San Carlos, il fut tué par un blanc qui prétendit que le chef indien avait tenté de s’enfuir. Comme Mangas Coloradas était grand et fort, on coupa sa tête, on la fit bouillir puis on l’expédia dans l’Est où elle fut exhibée !

 


    Victorio          
Après la mort de Mangas en 1863, Victorio grimpa les échelons jusqu'à devenir le chef des Eastern Chiricahuas. En formant un groupe d'élite de guerriers, Victorio passa les deux années suivantes à pratiquer des raids dans la Rio Grande Valley et aussi au Mexique.

bien peu de noms aussi redoutés vers la fin des années 1870 que celui de Victorio, le chef de guerre Mimbres Apache.

Considéré comme le plus efficace de tous les guerriers Apaches, Victorio a manœuvré et combattu les forces militaires envoyées contre lui à partir des deux côtés de la frontière. Comme plusieurs grands dirigeants de l'histoire, il possédait un instinct naturel pour la vitesse d'esprit. Il est devenu une sorte de fantôme insaisissable pour tous ceux qui cherchaient à se débarrasser de lui. Un officier de l'armée le qualifiait même du plus grand chef guerrier à avoir vécu sur le continent.

Physiquement, Victorio était un Apache typique, bien qu'il était plus solidement charpenté que la plupart des autres. L'inspecteur aux affaires indiennes John Kimball le décrivait comme petit et corpulent, avec une lourde et solide mâchoire inférieure, et l'œil d'un politicien. Vêtu d'une chemise en calicot noirci et des pantalons rudes, sans peintures corporelles, ni plumes ou bijoux d'aucune sorte.

On pense que Victorio est né dans la région de Black Range, dans le sud-ouest du Nouveau-Mexique, probablement vers 1825. Une rumeur faisait même de lui un Mexicain d'origine capturé par les Apaches alors qu'il n'était qu'un jeune garçon. Un doute subsiste encore à ce sujet.

Comme la plupart des Indiens de cette époque, on connaît peu de choses sur l'enfance de Victorio. Dans les années 1850, il commença à faire parler de lui comme un guerrier très prometteur. Il grava ses lettres de noblesse au cours de plusieurs raids au Mexique. À cette époque des bandes d'Apaches se glissaient régulièrement de l'autre côté de la frontière pour piller ou chercher vengeance contre des atrocités commises par des Mexicains envers leur peuple. On ne pardonnait pas et la brutalité se faisait sentir des deux côtés.

La découverte d'or dans la région de Pinos Altos, dans le sud-ouest du Nouveau-Mexique, au printemps de 1860 eut de profondes répercutions sur les relations entre les Blancs et les Apaches. Les prospecteurs amenèrent avec eux leurs étranges coutumes influencées par le whisky, leur tempérament meurtrier et avec leur tendance à interrompre le mode de vie des Indiens. Les Apaches, en revanche, ne se gênaient pas pour voler les chevaux et autres animaux d'élevage ou d'attaquer les prospecteurs.

Page suivante Les reserves indiennes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×