"

Le verdict est tombé !

Le verdict est tombé : la libération conditionnelle a été de nouveau refusée.
Prochaine audience prévue est en 2024, Peltier aurait 79 ans...!!!

                        

Le procureur Michel Wrigley dit que la prochaine audience prévue pour Peltier est 2024, quand Peltier aura 79 ans.
Quelle honte à ses bourreaux ,Leonard Peltier a passé environ 32 ans de prison ,c'est assez la justice ferait mieux de lui accordant la libération conditionnelle.

Il est considéré comme le plus vieux prisonnier du monde. Leonard Peltier est, pour nombre d'Amérindiens, un symbole de la lutte et de la résistance autochtone.

 

La libération conditionnelle de Leonard Peltier, l'activiste amérindien (native american) emprisonné depuis 1977 pour la mort de deux agents du FBI, vient d'être refusée après que les autorités ont décidé que le relâcher diminuerait la gravité de son crime.
Bien qu'il ait reconnu avoir été présent lors des incidents ayant débouché sur ces morts violentes, en juin 1975, Leonard Peltier a toujours nié avoir tué les deux hommes et a répété, lors de ses nombreux procès en appel, avoir été victime d'un coup monté par le FBI. Peu après les événements, il avait fui au Canada, avant d'être extradé en 1976 vers les Etats-Unis.
Peltier ne sera pas admissible à une libération conditionnelle avant juillet 2024... quand il aura 79 ans.
Il est considéré comme le plus vieux prisonnier du monde. Leonard Peltier est, pour nombre d'Amérindiens, un symbole de la lutte et de la résistance autochtone.
Clic 
 ici pour atteindre le site du comité de soutien officiel, incluant la soeur de Leonard Peltier.

 

Amnesty International réclame sa libération immédiate
Réagissant à la décision de refus de la Commission des libérations conditionnelles des États-Unis, Amnesty International a déploré cette décision et exigé la libération immédiate de Leonard Peltier qui purge deux peines à perpétuité consécutives.
En juillet dernier, Amnesty International reconnaissait déjà, dans une lettre ouverte, que Peltier a été reconnu coupable d'un crime grave, et que deux agents du FBI ont été abattus à bout portant. L'organisation pose toutefois de sérieuses questions quant à l'équité de la procédure judiciaire.
Notant que Leonard Peltier a passé environ 32 ans de prison et que les recours devant les tribunaux ont maintenant été épuisés, Amnesty International estime que les intérêts de la justice serait mieux servis en lui accordant la libération conditionnelle.
La lettre ouverte d'Amnesty International.
Et précédemment encore, voici ce que disait Amnesty International à ce même propos... en 1999 déjà !
Amnesty International appelle à la libération de Leonard Peltier
Index AI : AMR 51/71/99 DÉCLARATION PUBLIQUE
Amnesty International n'est pas en mesure de prendre une position en ce qui concerne la culpabilité ou l'innocence de Leonard Peltier dans l'affaire de l'homicide de Ronald Williams et Jack Coler, agents du Federal Bureau of Investigation (FBI, Bureau fédéral d'enquêtes), et ne considère pas cet homme comme un prisonnier d'opinion. Toutefois, l'Organisation demeure vivement préoccupée par le déroulement de la procédure judiciaire au terme de laquelle il a été reconnu coupable et condamné.
Les éléments censés prouver qu'il a abattu ces deux agents du FBI sont loin d'être concluants et Amnesty International s'est prononcée, pendant de nombreuses années, en faveur d'un nouveau jugement dans le cadre d'un procès équitable. Nous constatons avec regret que les autorités n'ont pris aucune initiative de cet ordre. À ce stade, considérant le nombre d'années passées en prison par Leonard Peltier et le fait qu'il a épuisé toutes les voies de recours offertes par la loi, l'Organisation reconnaît qu'il n'est plus envisageable de rejuger cet homme.
Il n'en demeure pas moins que les nombreuses requêtes introduites par Leonard Peltier n'ont pas permis de dissiper des doutes sérieux et persistants quant à l'équité de la procédure judiciaire. Bien que des éléments prouvant son implication dans la fusillade aient été présentés, force est de constater que les deux autres personnes accusées du meurtre de ces agents du FBI ont plaidé la légitime défense et ont été acquittées. Si les charges retenues contre Leonard Peltier s'étaient limitées à sa participation à la fusillade, peut-être aurait-il été également acquitté, ou reconnu coupable d'une infraction de moindre gravité et condamné à une peine d'emprisonnement qu'il aurait aujourd'hui purgée depuis longtemps. Au vu de ces éléments préoccupants et sachant que toutes les voies de recours envisageables ont été épuisées et que cet homme est incarcéré depuis environ vingt-deux ans, Amnesty International a décidé d'appeler les autorités à libérer Leonard
Peltier .

                                 


                       
                            Watch Little Steven - "Leonard Peltier" in Musique  |  View More Free Videos Online at Veoh.com

''Leonard Peltier''J'ai travaillé avec Steven Little il y a plus de 20 ans pour créer cette hommage aux indien militant . La vidéo a remporté plusieurs prix, mais Peltier est toujours en prison aujourd'hui !

Communiqué d’Eric Seitz, avocat de Leonard Peltier

Les vieux rescapés de l’administration Bush au sein de la Commission américaine des libertés conditionnelles ont aujourd’hui adopté la position du FBI : toute personne potentiellement impliquée dans la mort de ses agents ne devra jamais obtenir de conditionnelle et devra rester en prison jusqu’à sa mort.

Il a été juridiquement établi que le FBI (même s’il ne l’a jamais reconnu) a fabriqué des preuves et présenté de faux témoignages au procès de Leonard Peltier ; la conduite de M. Peltier a été exemplaire, pendant 33 ans d’incarcération, prouvant ainsi la recevabilité de sa demande de libération conditionnelle ; des lettres et des pétitions demandant sa libération ont été envoyées par millions aux États-Unis et dans le monde entier, notamment par un des juges qui avait précédemment statué sur sa libération conditionnelle ; M. Peltier vieillit et sa santé se dégrade ; pourtant, la Commission des libertés conditionnelles l’a aujourd’hui informé que "sa libération sur parole déprécierait l’importance du délit présumé et encouragerait le non respect de la loi", repoussant la possibilité d’une prochaine audition à 2024.

Voici donc les agissements extrêmes de cette même communauté du maintien de l’ordre qui a instauré l’emprisonnement à durée indéterminée pour les adolescents suspectés de terrorisme, la torture et les meurtres dans les prisons de la CIA de par le monde, et encouragé l’irrespect généralisé pour les valeurs démocratiques de justice sur lesquelles ce pays s’est soi-disant construit. Ce sont ces mêmes institutions qui n’ont jamais traité les autochtones avec respect ou dignité, qui n’ont jamais reconnu leur responsabilité pour des siècles d’intolérance et d’abus.

Pendant l’audition de libération conditionnelle, le 28 juillet dernier, Leonard Peltier a exprimé des regrets et a reconnu avoir eu un rôle dans les incidents qui ont provoqué la mort des deux agents du FBI et d’un activiste amérindien, suite à une fusillade sur la réserve de Pine Ridge. M. Peltier a insisté sur le contexte dans lequel la fusillade a eu lieu, un contexte de guerre entre des leaders tribaux corrompus, soutenus par le gouvernement, d’un côté, et des traditionalistes amérindiens et jeunes activistes de l’autre. Il a à nouveau nié - comme il l’a toujours fait - avoir souhaité la mort de qui que ce soit ou d’avoir tiré les coups de feu qui ont tué les deux agents. Il a d’ailleurs rappelé aux membres de la commission qu’un de ses coaccusés a récemment admis avoir tiré les coups de feu mortels. Il est donc faux de dire que Leonard Peltier a "exécuté deux agents du FBI" comme l’affirme pourtant la Commission de libération conditionnelle ; et il n’y a toujours pas de preuves crédibles de la responsabilité de M. Peltier pour les coups de feu mortels, contrairement à ce que déclare le FBI. De plus, étant donné les pratiques corrompues au sein même du FBI, il est absurde de dire que la libération conditionnelle de Leonard Peltier "dépréciera l’importance" de sa conduite et/ou "encouragera le non respect de la loi".

Nous continuerons à demander la libération conditionnelle et la grâce présidentielle pour Leonard Peltier pour mettre fin rapidement et équitablement à cette injustice qui dure depuis trop longtemps.

Eric Seitz,

avocat de Leonard Peltier

(traduction : Céline Planchou pour le CSIA-Nitassinan)

Page suivante Conférence Amérindienne

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site