"

3.Les Grands Chef


             Crowfoot

      

Crowfoot, chef pied-noir (près de la rivière Belly, Alb., v. 1830 -- près de Blackfoot Crossing, Alb., 25 avril 1890). GENS-DU-SANG de naissance, il grandit parmi les PIEDS-NOIRS. Adolescent, il démontre beaucoup de bravoure quand il pénètre dans le camp ennemi des Crows, au cours d'une bataille, et qu'il frappe un tipi peint. Grâce à cette prouesse, il reçoit le nom d'un ancêtre, « Isapo-muxika », qui signifie « Grand pied des Indiens crows », ou Crowfoot, selon des interprètes. Il participe à 19 guerres et est blessé 6 fois. Son plus grand exploit, réalisé à la vue de tous, est d'avoir tué un grizzli avec une lance. Peu après, en 1865, il devient chef de la bande de Big Pipes et, en 1870, il est l'un des trois grands chefs de la tribu.

      

Perspicace, prévoyant et diplomate, il fait la paix avec les CRIS et établit de bonnes relations avec les commerçants de fourrures. Il adopte un Cri nommé POUNDMAKER, qui deviendra le chef de son propre peuple, et sauve le missionnaire Albert LACOMBE au cours d'un raid des Cris. En 1874, il accueille les agents de la Police à cheval du Nord-Ouest, venus mettre fin au commerce du whisky dans l'Ouest. On le perçoit comme un allié et on lui confie un rôle important dans les négociations du Traité n ° 7 en 1877.

Une fois les Pieds-Noirs installés dans leur réserve en 1881, il perd ses illusions à l'égard du gouvernement canadien. Il interdit toutefois à son peuple de prendre part à la RÉBELLION DU NORD-OUEST de 1885, moins par loyauté envers le gouvernement, que par conviction que la bataille est perdue d'avance. Malade pendant les dix dernières années de sa vie, il pleure sans cesse la perte de ses enfants, dont seulement un fils aveugle et trois filles survivent. On rapporte qu'il a déclaré avant de mourir : « Qu'est-ce que la vie? C'est l'étincelle d'une luciole dans la nuit. C'est la buée du souffle d'un bison en hiver. C'est comme l'ombre qui court dans l'herbe et se perd dans le coucher du soleil ».

 

         

               Joseph Brant                                      

Chef guerrier et homme d’État Mohawk, Joseph Brant est né en 1742, dans un territoire indien situé au sud du Lac Érié et revendiqué par la Nouvelle-France. Il a grandi dans la colonie de New York et s’est battu aux côtés des Anglais durant la guerre de sept ans. Pendant la Révolution américaine, il a servi la cause des Loyalistes et a participé à la bataille de Long Island. Les officiers britanniques ont loué son endurance, son courage sous le feu de l’ennemi et son dévouement à la cause; il avait la réputation d’être un chef compétent qui inspirait ses hommes. Une fois la guerre terminée, il a persuadé le gouverneur du Canada de remettre aux Indiens des Six Nations une large bande de terre donnant sur la rivière Grand, près de ce qui est maintenant la ville de Brantford (Ontario), et où il s’est éteint en 1807.

En 1783, la Grande-Bretagne reconnaît enfin, par le traité de Paris, l'indépendance que le Congrès américain a déclarée sept ans auparavant.


Mais dans les articles du traité de Paris, aucune mention n'est faite des Six-Nations. Brant estime que l'Angleterre a vendu ses alliés au Congrès.
« Étant donné l'amitié que nous avons témoignée aux Anglais, écrit-il à lord Stanley, et conscients du rôle actif que nous avons joué... en leur faveur dans chaque conflit qui les a opposés à leurs ennemis, nous sommes sidérés d'apprendre qu'on nous a oubliés dans le traité... Nous ne pouvons nous résoudre à croire qu'il soit possible que des amis et des alliés aussi sûrs puissent être à ce point négligés par une nation qui brille par son sens de l'honneur et sa gloire, et que nous avons servie avec tant de zèle et de fidélité. »

Les Six-Nations ont effectivement été détruites en tant que force politique et militaire, mais en Grande-Bretagne, on craint que leurs membres ne se rassemblent pour se venger de la façon méprisable dont on les a traités.
On leur accorde en compensation 675 000 acres du pays contrôlé par les Britanniques au nord du lac Érié.

À l'automne 1784, Brant et 1800 partisans installent leur colonie le long de la rivière Grand. Brant possède une vaste maison, et plusieurs esclaves et serviteurs, et apprécie les vêtements européens de qualité.

En 1792, le président américain George Washington demande à Brant de l'aider à conclure la « paix avec les Indiens de l'Ohio ». Brant rend visite aux Indiens, et en profite plutôt pour les inciter à la guerre.

À son retour à Londres, il rencontre à nouveau le roi George III et demande compensation pour les pertes que les Mohawks ont subies pendant la Révolution américaine.
Il obtient également de l'argent pour édifier la première église épiscopale dans le Haut-Canada. Mais il refuse de s'agenouiller devant le roi. « Je ne m'incline devant aucun homme, dit Brant, car je suis considéré comme un prince par mon peuple. Cependant j'accepterai volontiers de vous serrer la main. »

 

Chef Gall (Pizi)

GALL était Chef des Sioux Hunkpapas Tetons

(1840-1894)Adjudant de Sitting Bull,il se battit à la tête des guerrier Hunkpapas dans la bataille de la Little Big Horn River
le 25 juin 1876 et contribua à la victoire des Indiens.

                      

Le chef Gall est l'un des leaders les plus agressifs de la Nation Sioux. Il fut l'un des proches de Sitting Bull, son principal soutien. Il défendait vigoureusement les droits de son peuple sur les plaines des buffles, et croyait pouvoir faire respecter les accords passés avec le gouvernement.

Gall est né dans le Dakota du Sud près de Moreau River.

Il prit part à la guerre dirigée par Red Cloud de 1865 à 1868.

Après une période de paix, quand le Traité de 1868 fut bafoué, il rejoignit Sitting Bull pour défendre leurs territoires, il participe à ce titre à la bataille de Little Bighorn (25 juin 1876) où le général Custer et ses hommes furent anéantis et s'enfuit avec lui au Canada. Ils pensaient être entendus par le gouvernement canadien, et furent très déçus de devoir rentrer sur le territoire américain.

Finalement, Gall décide en 1881, de cesser la guerre contre les blancs, il se présenta à Fort Peck, au Montana, suivi par la moitié du groupe Hunkpapa, où il fut bientôt rejoint par Sitting Bull. Malgré le fait que Gall avait reçu l'assurance qu'il n'y aurait pas de représailles sur son peuple, il sut rapidement que beaucoup d'Indiens seraient attaqués.

Dès le printemps, le chef Gall et son peuple furent considérés comme prisonniers de guerre, et transférés à l'agence de Standing Rock où il devint à partir de 1889 juge à la 'court of Indian Offences' et où il mourut.

 

         

         Little Big Man

          Guerrier Oglala Sioux

Guerrier Oglala Sioux respecté et sans peur, Little Big Man lutta aux côtés de Crazy Horse contre le colonel Nelson Bear Coat Miles. En effet, il fut l'un des plus ardents défenseurs des Montagnes Noires, appartenant aux Sioux, qu'une Commission voulait obtenir par traité. 

Plus tard, il devint policier d'agence dans une réserve, et fut, semble-t-il, en partie responsable de la mort de Crazy Horse, assassiné d'un coup de baillonnette.

Rain in the Face       
1835/1905
Né : sur les bors de la Cheyennes River (Dakota du Nord)
Chef Sioux Hunpapa
Ce guerrier courageux est devenu bien connu pour sa conduite pendant le Massacre Fetterman, les guerres de Red Cloud, et la bataille de Little Bighorn.


Rain in the Face, lui vient dans la façon dont il peignait son visage pour la guerre, une moitié en rouge et l'autre en noir, ces couleurs symbolisant le soleil et la nuit.
Au soir d'un combat la pluie lui cingla le visage, en coulant elle dessina des raies sur son visage, d'où son nom.
Rain in the Face est présent aux côtés de Red Cloud et Crazy Horse dans la guerre contre la piste Bozeman, il participe au combat du fort Phil Kearny le 21 décembre 1866 (affaire Fetterman).
Arrêté et jeté en prison par Tom Custer frère du général, Rain in the Face, alors qu'il est innocent, jure de tuer celui-ci. Aprés s'être évadè, on le retrouve sur les bords de la Little Big Horn River en compagnie de Sitting Bull et Crazy Horse, pendant la bataille contre le 7° de cavaleriede Custer, il retrouve Tom Custer et tient sa promesse en le tuant, le 25 juin 1876. En 1880, il fait sa soumission et vivra paisiblement à Standing Rock où il meurt le 14 décembre 1905.

          

            American Horse      

Chef des Oglalas Lakotas - 1800-1876

American Horse Aîné" fut un des principaux chefs des Lakotas, avec Crazy Horse, Sitting Bull et d'autres, durant les guerres Indiennes des Plaines de la dernière moitié du XIXe siècle. Il fut le chef militaire principal à la Bataille de Little Bighorn en 1876.

Après la victoire des Indiens sur le Général George Armstrong Custer à Little Bighorn en juin 1876, les Sioux se sont divisés. Crazy Horse s'est dirigé vers les Montagnes de Little Bighorn, tandis que Sitting Bull et ses partisans sont partis vers le Canada. Un troisième groupe de 40 , conduit par American Horse décidèrent d'aller à une agence assignée par les Etats-Unis. Alors qu'ils se rendaient à l'agence, le groupe de American Horse croisa les troupes commandées par le Général George Crook à Slim Buttes. Crook les attaqua en dépit du fait que les Sioux se rendaient paisiblement sur une terre qui leur avait été garantie par traité.

 

 

Quelques uns s'échappèrent pour rejoindre le camp de Sitting Bull, mais la pluspart des partisans de American Horse furent tués. A la fin du combat, American Horse, quatre guerriers et 15 femmes reculèrent dans une caverne, mais les cinq guerriers restant refusèrent de se rendre. Pendant le tir American Horse fut mortellement blessé par un projectile dans le ventre. Il est mort dans des douleurs insoutenables alors que les chirurgiens de l'armée tentaient de lui sauver la vie. C'était le 9 septembre 1876.

Après la bataille, Sitting Bull vint visiter l'emplacement et fut malade de voir les femmes et les enfants qui avaient été tués. Une femme fut tuée alors qu'elle faisait têter son nourrisson; une autre (qui survécut) de terreur laissa tomber son nouveau-né. 

Lone Wolf          
Gùipä'go
1820/1879
Chef Kiowa - KA'I GWU
Lone Wolf est un des 9 signataires du traité de Medecine Lodge (Kansas).
Il entre en rébellion à la mort de son fils, tué par des texans en 1873, au retour d'un raid lancé au Mexique. A la bataille de Palo Duro Canyon, le 26 septembre 1874, il est vaincu en compagnie des Cheynnes du Nord et des Comanches.

 
Il fait sa soumission à fort Sill le 25 février 1875, on le déporte alors à fort Marion en Floride, où il séjournera 3 ans. Lone Wolf, meurt en 1879, peu après son retour parmis les siens, son fils adoptif, qui porte le même nom, lui succède et prendra une grande autorité sur sa tribu.

 

Page suivante 4.Les grands Chefs

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site