"

27 novembre 1868 Washita River Massacre

Washita est le nom d'une rivière dont le cours s'étend entre le nord du Texas et de l'Oklahoma.
Cette rivière est aussi le lieu où les soldats attaquèrent par surprise le campement Cheyenne de Black Kettle , au milieu de l'hiver 1868 . Ce lieu est appelé aujourd'hui le massacre de Washita .

 


La destinée d'un un homme de paix.
Black Kettle,Chef Cheyenne né en 1803 et tué en 1868, lors du massacre de Washita River. De son nom Cheyenne Moke-ta-ve-to, Black Kettle est né en 1803 prés des Black Hills, montagne du Dakota du Sud. Après avoir erré de longues années, il rejoint à partir de 1832 les tribus Cheyennes du sud et en devient l'un des chefs en 1861.

 

 

 

 

Black Kettle,
Survivant au massacre de Sand Creek il fut tué par les troupes de Custer à la Washita.
Black Kettle vivait sur le vaste territoire de l'ouest du Kansas et de l'est du Colorado, qui avait été garanti aux Cheyennes par le traité du Fort Laramie en 1851. Cependant, en moins de dix ans, la ruée vers l'or amena une population importante à Pikes Peak au Colorado. Ce qui conduisit les blancs à vouloir s'approprier davantage de terres. Le commissaire US pour les Affaires Indiennes reconnût même :
"We have substantially taken possession of the country and deprived the Indians of their accustomed means of support."
Le gouvernement fit alors signer un deuxième traité, reprenant les terres aux Cheyennes du Sud, ne leur laissant que la réserve de Sand Creek dans le sud-est du Colorado. Black Kettle l'accepta en 1861, de crainte que le pouvoir militaire ne les écrase.
Les terres de la petite réserve de Sand Creek n'étaient pas suffiantes pour le nombre de Cheyennes, de plus elles n'étaient guère cultivables et ne pouvaient donc pas assurer la subsistance des Indiens. Aussi les épidémies se propagèrent rapidement dans le camp. Vers 1862 les troupeaux de bisons les plus proches étaient à plus de deux cents miles. Beaucoup de jeunes Cheyennes s'enfuirent de la réserve pour s'attaquer aux vivres et aux biens des colons voisins et aux convois de chariots. Au printemps 1864 l'un de ces raids mit en colère les colons qui envoyèrent leur milice à leur recherche, milice qui ouvrit le feu sur le premier groupe Cheyenne en vue, en l'occurrence des innocents.
Cet incident créa un soulèvement chez les Indiens des Grandes Plaines (des Comanches au sud jusqu'aux Lakotas au nord), qui pouvaient tirer avantage de l'engagement de l'armée dans la guerre civile. Black Kettle, pourtant, comprit que le pouvoir militaire était trop fort, et conclut un marché avec le commandant de Fort Weld dans le Colorado: ramener les insoumis à la réserve de Sand Creek en échange de leur sécurité.
Mais ce pacte fut trahi par le colonel John Chivington, chef du Troisième Corps de Volontaires du Colorado. Il attaqua le campement de Black Kettle le 29 novembre 1864, massacrant plus de deux cent Cheyennes, dont beaucoup de femmes et d'enfants, puis les mutilant et les scalpant.
Black Kettle échappa miraculeusement à la tuerie, Il retourna à Sand Creek secourir sa femme blessée. Il continua malgré tout à prôner la paix et à empêcher les raids sur les colons. En octobre 1865, avec plusieurs chefs Indiens, il signa un autre traité qui échangeait les réserves de Sand Creek contre celles du sud-ouest du Kansas, mais qui les dépossédait également de leurs territoires de chasse du Kansas.
Seule une partie de la nation Cheyenne du Sud suivit Black Kettle et les autres chefs dans ces nouvelles réserves. D'autres rejoignirent les Cheyennes du Nord sur le territoire Lakota. Beaucoup ignorèrent simplement le traité, et continuèrent à vivre sur les terres natales.

Ce dernier groupe, mené par le chef Roman Nose, se battit furieusement contre le général William Tecumseh Sherman, ce qui amena l'arrêt de tout trafic à l'ouest du Kansas pendant un moment.
Le gouvernement voulut une fois de plus faire transférer les Indiens dans deux minuscules réserves du Territoire Indien, où elles recevraient des provisions annuellement. Black Kettle fit partie des chefs qui signèrent ce traité, le Traité de "Medicine Lodge" de 1867. Cependant, une fois installées, les tribus ne reçurent jamais la nourriture promise, ce qui entraîna le départ des indiens vers le groupe de Roman Nose.

En octobre 1867, les tribus des Plaines du Sud signent le traité de Medicine Lodge Creek avec des émissaires du gouvernement.Les chefs Satanta et Lone Wolf représentent les Kiowas. La plupart des Kiowas et des Comanches acceptent de s'installer sur la réserve de Fort Sill sur le Territoire Indien. Mais comprenant qu'on veut limiter leur liberté et les transformer en agriculteurs, ils s'enfuient au printemps suivant et rejoignent ceux qui continuent à chasser dans les Plaines.

            

Roman Nose (Nez Romain), alias Arched Nose (Nez Arqué) (Woo-ka-nay ou Woqini en Cheyenne), né vers 1835, mort la 17 septembre 1868, était un guerrier Cheyenne.
En août 1868, Roman Nose mena une série de raids sur les fermes du Kansas.

Lorsqu'un groupe d'une vingtaine de Cheyennes de la tribu de Black Kettle rentrent d'un raid contre leurs ennemis Pawnees. Déchainés, affamés, excités à leur retour ils mènent des raids meurtriers, le long de Solomon et Salinr Rivers, contre de paisibles colons blancs à la frontière, malgrè les recommandations qui avaient été faites par leur chef. Black Kettle acceptera d'accueillir les meurtriers dans son village ce qui entraînera le malheur sur sa tribu. En hiver 1868, l'expédition punitive était en marche
Sous les ordres du général Philip Sheridan, trois colonnes de troupes rejoignirent la Septième Cavalerie de G. A. Custer, pour mener la contre-attaque. Dans la tempête de neige les traces de replis des groupes menant les raids conduisaient au village de Black Kettle, sur la "Washita River".


Le 27 novembre 1868, c'est sous les ordres du Général Custer que le 7e régiment de cavalerie, partant de Fort Dodge, scindé en quatre groupes, attaqua le village de Black Kettle. Black Kettle attendait sur le gué, espérant arrêter les soldats et proposer la paix. Mais les soldats encerclèrent le village. Black Kettle - homme de paix réputé - monta sur son cheval avec sa femme qui avait été blessée à Sand Creek, en brandissant le drapeau Américain et un drapeau blanc de paix. Ils furent parmi les premiers à tomber sous une pluie de balles. Il ne fallut pas plus de dix minutes à Custer pour sécuriser le village.

              
Le massacre de Washita ne fut pas une belle victoire pour Custer. Il tua 130 Indiens Arapahos et Cheyennes sur le champ, ainsi que 20 civils, parmi eux il n'y avait qu'une douzaine de réels combattants, les autres étaient des personnes non combattantes, il fait 53 prisonniers et abbat 800 chevaux, et libère trois otages blancs (une femme et deux enfants) dans un campement de 50 tipis situés sur la rivière Washita (Oklahoma).

Page suivante La bataille de Little Big Horn

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×