"

MOUNT GRAHAM: UNE LUTTE POUR UN DROIT DU PEUPLE APACHE

LE CAS EMBLÉMATIQUE DE MOUNT GRAHAM

La violation de Mount Graham est un exemple des abus culturels que les Peuples natifs subissent encore aujourd'hui. Autour de cette Montagne, symbole religieux ancien et traditionnel du peuple Apache, se rencontrent les intérêts spécifiques des grandes religions et le droit à la libre spiritualité des natifs.


La Montagne en question a été violée par la construction de plusieurs sites astronomiques. Nombreux organismes ont renoncé à leur projet à cause de la mauvaise visibilité, acceptant ainsi les protestations des Apaches.
D'autres parraineurs continuent à construire, comme dans le cas de l'Observatoire géré par le Vatican, qui a affirmé qu'il n'y aucune raison pour considérer ce lieu sacré, et par conséquent les natifs ne sont pas autorisés à protester.
Dans ce cas, les natifs Apaches, comme beaucoup d'autres Peuples naturels de la planète, sont privés de leurs droits primaires, leur protestation est ignorée et, comme il s'est déjà vérifié dans le passé, les intérêts nourrissent la mystification et le malentendu afin d'affaiblir leur protestation.
Mount Graham est une montagne aux alentours de Tucson, Arizone, près de la réserve des Apaches San Carlos. Cette montagne est la seule de son espèce parce que, même en se trouvant dans une zone désertique, elle garde une végétation particulièrement rare, qui va de la végétation désertique à la forêt boréale.
De temps immémorial Mount Graham occupe une fonction centrale dans la culture Apache. Les Apaches conservent 32 chants de vie, donnés par le Créateur des Ancêtres ; 16 de ces chants contiennent des références directes au mont Graham, que dans la langue Apache s'appelle " Dzill Nchaa Si An " (la grande montagne assise).
Mount Graham est la maison du messager spirituel du passé, Ga'an. Ga'an est l'esprit qui demeure dans le mont Graham, connu aujourd'hui comme le danseur spirituel de la montagne Apache, de qui le Peuple Apache, depuis l'époque de leurs Ancêtres et jusqu'à la génération moderne, dépend pour les cérémonies et pour la survivance de sa culture.
Le mont Graham faisait partie de la réserve San Carlos jusqu'à 1873. Même après la subdivision de la réserve (due à la progressive restriction de ses limites), Mount Graham a continué à représenter le lieu sacré le plus important pour les Apaches qui, jusqu'à il y a quelques années, ont continué à accomplir leurs rites et leurs prières en respectant la nature dans les sites les plus intacts du mont, où se trouvent les sources sacrées nécessaires pour leurs cérémonies.
Mais ce lieu sacré a été soustrait deux fois aux Apaches : la première fois lorsqu'il a été exclu de la réserve, la deuxième en 1990, au moment du début des travaux de construction de l'Observatoire astronomique qui est en train de détruire la partie la plus sacrée du site et a exclu l'accès aux Apaches.
Le projet est de l'Université de l'Arizone avec 2 partenaires européens : l'Observatoire d'Arcetri, financé par le gouvernement italien, et le Vatican. Un troisième partenaire important, le Max Planck Institute (Allemagne), s'est retiré en 2002 à cause de la mauvaise visibilité du site.
Au début il y avait beaucoup plus de parraineurs, mais tous les autres ont renoncé à leur projet à cause de la tenace opposition des Apaches.

L'HISTOIRE

Toute la question commença par une ruse : l'Université de l'Arizone envoya une lettre avec la demande d'approbation du projet aux Apaches. Cette lettre n'arriva jamais mais fut retrouvée après un an et demi dans un tiroir d'un bureau du BIA (Bureaux of Indian Affairs) . En ne recevant aucune réponse, l'Université de l'Arizone se sentit autorisée à commencer les travaux.
Le projet inclut la construction de sept télescopes sur cette montagne sacrée. Ce développement totalement illicite a été contesté par les Apaches dès qu'ils ont eu connaissance du projet, a peu près il y a quatorze ans. On a déjà construit deux télescopes et un troisième, le LBT (Large Binocular Telescope) est presque terminé. Maintenant seul un télescope, celui du Vatican, est en fonction.
L'Etat italien, par l'observatoire astrophysique d'Arcetri, participe directement au projet du " Large Binocular Telescope ", destiné à devenir le plus grand télescope optique de l'hémisphère nord.
Les quelque 4 hectares destinés aux 3 premiers observatoires se trouvent sur l'une des cimes principales, dans la zone au-dessus des 3.000 mètres, pratiquement intacte avant les travaux pour les télescopes.

                                   
Ce qui est en train de se passer sur Mount Graham est considéré par les Apaches une véritable désacralisation. Depuis 1990 les Apaches luttent de toutes leur forces pour récupérer leur montagne sacrée. A leur lutte se sont unis des mouvements provenant du monde entier, des organismes et organisations politiques, religieuses et laïques américaines et européennes et même la plupart des Tribus indiennes.
Le Conseil Tribal des Apaches San Carlos a promulgué 5 Résolutions officielles en opposition à l'Observatoire et a chargé Ola Cassadore de devenir promotrice, en qualité de porte-parole du Conseil Tribal, de la protestation des Apaches dans le monde.

LA LUTTE D'OLA CASSADORE

Depuis 1990 Ola Cassadore promeut la protestation dans le monde entier. Elle est venue plusieurs fois en Italie pour demander au Gouvernement le blocage des fonds pour l'Observatoire.
Au nom d'Ola Cassadore nous avons présenté le cas à la Commission pour les Droits de l'Homme des Nations Unies de Genève et par le Haut Commissariat pour les Droits de l'Homme une importante reconnaissance est arrivée pour ce livre, justement parce qu'il fait connaître la lutte d'un Peuple natif pour son lieu sacré.
Au cours des deux dernières années la " Apache Survival Coalition " a conduit une campagne pour dissuader deux autres universités de s'ajouter au projet en qualité de partenaires, l'Université du Minnesota et l'Université de la Virginie. Bien que toutes les Tribus du Minnesota et le Comité pour la Recherche Sociale se soient opposées, la direction de l'Université a pris la décision de participer au projet. L'Université de la Virginie aussi est entrée dans le projet mais elle a demandé à l'Université de l'Arizone de se consulter avec les Apaches pour leur donner assistance en ce qui concerne l'éducation et la santé. Mais, malgré l'importance de l'éducation et de la santé pour un peuple, cette proposition est réputée par les Apaches comme une tentative de corruption.
Ces jours-ci un incendie de vastes proportions est en train d'infliger à la montagne sacrée la nième violence, en détruisant les plantes séculaires et les espèces en extinction qui l'habitent. Cet imprévu pourra causer des dommages à l'Observatoire et demander d'autres sommes d'argent considérables pour les réparations. Les Apaches disent que l'incendie qui menace l'Observatoire sur leur montagne sacrée est "un avertissement de Dieu".
Le projet doit être arrête en tout cas.

UNE LUTTE POUR TOUS LES PEUPLES NATURELS

Lutter pour Mount Graham signifie lutter pour les droits religieux de tous les Peuples natifs, tous ces Peuples qui semblent destinés à l'invisibilité tandis qu'ils ont une identité culturelle et spirituelle qui a beaucoup à apprendre aux cultures " historiques ".
Le fait que le Vatican ait déclaré qu'il continuera à travailler au projet parce qu'il croit que le lieu n'a pas de caractéristiques de sacralité est emblématique, selon la déclaration faite à Castel Gandolfo le 25 mai 1992 par le père George Coyne, directeur de l'Observatoire Vatican.
C'est inouï que l'Université de l'Arizone ait encore dénoncé les croyances religieuses des peuples indiens d'Amérique au tribunal (The Independent Native Journal - mai 2001), faisant appel à la thèse selon laquelle la liberté de religion n'existe pas pour les Indiens.

CHRONOLOGIE DU CAS MONT GRAHAM

1970

- l’Université de l’Arizona décide de construire un observatoire astronomique sur le Mont Agazzis, en Arizona ; le mont est sacré pour les Hopis, les Navajo et les Apaches. L’Administration des Eaux et Forêts des États-Unis (USFS) refuse le permis de construction. On choisit par la suite le Mont Baldy., (« L-Dzil Ligay »), mais le projet est abandonné après la violente opposition de la Tribu Apache de White Mountain.

1984

- Mount Graham, « Dzil Nchaa Si An » (la « Grande Montagne Assise ») est choisie pour la construction des télescopes.

- Grâce à l’action de type « lobby » menée par l’Université de l’Arizona (UA), on approuve l’Arizona Wilderness Act, qui, dans l’un de ses paragraphes, contient la première exemption aux lois de sauvegarde de l’environnement de Mount Graham.

1987

- Le Pape Jean-Paul II parle à Phœnix et encourage les peuples indigènes à garder leur culture et leurs coutumes.

- L’Université du Texas se retire du projet.

1988

- Le Congrès des États-Unis, avec une loi spéciale, l’Arizona-Idaho Conservation Act, Titre VI, autorise la construction de 3 télescopes sur le Mont Graham. Le « Large Binocular Telescope » (LBT) doit être construit sur le site dénommé RPA3.

- L’Université de Chicago se retire du Projet.

1989

- Ola Cassadore, sœur du grand leader traditionnel Philip Cassadore, est chargée par le Conseil tribal des Apaches San Carlos de fonder la Apache Survival Coalition dans le but de défendre la montagne sacrée des Apaches

- On commence la construction de la route pour l’installation. On abat plus de milles arbres de haut fût.

1990

- Le Conseil tribal des Apaches San Carlos approuve à l’unanimité une Résolution passionnée contre l’observatoire, le considérant une violation à l’héritage traditionnel des Apaches et déclarant leur appui à l’Apache Survival Coalition. De 1991 à 1995 il en émettra trois autres comme soutien à l’œuvre d’Ola Cassadore.

- On abat 200 autres arbres de haut fût pour la localisation des télescopes pour le Vatican et pour le Max Plank, et ils commencent les excavations pour les fondements.

- Le Département d’Écologie et Biologie de l’Évolution de l’Université de l’Arizona signe une lettre contre le projet.

- Manifestation de protestation à Washington devant l’Ambassade du Vatican contre la participation du Vatican au projet.

1991

- L‘Observatoire du Vatican émet une déclaration signée par le directeur Père George V. Coyne, dans laquelle on affirme : « Après des études longues et approfondies de la part d’experts il n’y a, pour ce que nous en savons, aucune signification religieuse ou culturelle dans le lieu spécifique de l’Observatoire. Par conséquent l’Observatoire du Vatican poursuivra la construction et le fonctionnement du Telescopio Vaticano a Tecnologia Avanzata (Télescope du Vatican à Technologie Avancée) sur le Mont Graham ».

- Le Conseil tribal signe une autre résolution à l’appui de l’Apache Survival Coalition.

- L’Université de l’Ohio se retire du projet.

1992

- Ola Cassadore, Mike Davis et d’autres membres envoyés par le Conseil des Apaches San Carlos sont reçus, en Italie, par le Président de la Chambre Oscar Luigi Scalfaro et par le Vice Président Rodotà. La délégation demande que le Gouvernement italien bloque les fonds destinés au projet. C’est le début de la Collaboration de Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro avec l’Apache Survival Coalition : les associations culturelles Grotta di Merlino ( Grotte de Merlin) de Turin et de Rome se rangent du côté des Apaches en promouvant des initiatives à l’appui de Mt. Graham et organisant des voyages en Arizona pour recueillir des informations sur le cas.

1993

- Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro rencontrent Ola Cassadore dans la réserve apache San Carlos et s’accordent pour une campagne d’information en Italie.

- Les deux premiers télescopes sont complétés, ceux de la Specola Vaticana (Observatoire du Vatican)et du Max Planck Institute.

- Le USFS et le Service pour les Forêts Sauvages des Etats-Unis (USFWS), sur instance de l’UA , approuve la construction du LBT sur le site dénommé 10477.

- Le Conseil tribal des Apaches San Carlos s’exprime à l’unanimité contre l’observatoire.

1994

- À la suite des nombreuses rencontres en Arizona avec Ola Cassadore et Mike Davis, Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro, en accord avec l’Apache Survival Coalition, intensifient la campagne en Italie, avec des conférences, des pétitions et en recueillant des signatures. Naissent ainsi des groupes de soutien à la lutte pour Mt. Graham.

- Le Conseil communal de Rome approuve un ordre du jour à l’appui de la lutte pour Mt. Graham.

- La Mount Graham Coalition (formée par 21 groupes pour la défense de l’environnement) débute un procès légal, en affirmant que le changement du site est illégitime, et demande l’interruption des travaux.

- La Cour cantonale de Tucson se prononce contre l’USFS, le USFWS et l’Université de l’Arizona, en leur intimant l’interruption des travaux.

- Voyage en Italie d’Edison Cassadore, neveu d’Ola Cassadore. L’association Grotta di Merlino ( Grotte de Merlin) de Rome organise, à cette occasion, des conférences et différentes initiatives.

- L’Université de l’Arizona fait appel à la Neuvième Cour d’Appel.

1995

- Ola Cassadore et Mike Davis viennent de nouveau en Italie pour tenter de dissuader Arcetri de continuer le projet. Mais la tentative échoue.

- Le directeur de l’Observatoire d’Arcetri, Franco Pacini, le directeur de la Specola Vaticana (Observatoire du Vatican), Père Coyne, et un représentant de l’Université de l’Arizona rencontrent le Président du Conseil tribal San Carlos, mais sont durement contestés par une foule d’Apaches hurlants, blessés par le traitement réservé à Ola en Italie.

- La Neuvième Cour d’Appel confirme la décision de la Cour Cantonale.

- Le Conseil communal et la Province de Ravenna approuvent un ordre du jour à l’appui de la lutte pour Mt. Graham.

- Le Conseil tribal vote encore une fois contre l’observatoire.

- Deux demandes de l’Université de l’Arizona pour rouvrir le cas sont rejetées .

- 117 députés présentent, en Italie, une motion (Motion Canesi) à la Chambre des Députés, en demandant au Gouvernement de bloquer le financement à l’observatoire.

1996

- À la suite d’une forte action de type « lobby » de la part de l’Université de l’Arizona, le Congrès inclut dans l’Omnibus Appropriation Bill, devenu la Loi 104-134, une clause d’exemption aux lois de sauvegarde de l’environnement pour le site choisi par LTB.

- Le Président Clinton émet un ordre exécutoire qui préserve les lieux sacrés des Natifs américains et leur usage pour les cérémonies et les rites religieux.

- Le juge cantonal de Tucson, Alfredo Marquez, en vertu de cette clause, annule l’interdiction de construction précédente

1997

- La Neuvième Cour d’Appel rejette la demande d’exception d’inconstitutionnalité avancée par les adversaires du LBT.

- Acli, Amici della Terra (Amis de la Terre), Arci, Greenpeace Italie, Legambiente)Ligue pour l’environnement), Lega Antivivisezione (Ligue contre la Vivisection), Survival Italie, WWF Italie adhérent à la lutte pour la sauvegarde de la montagne.

1998

- En Italie, 81 députés appartenant à tous les Groupes présentent une nouvelle motion à la Chambre dans laquelle on demande au Gouvernement de bloquer les fonds destinés à l’Observatoire.

- En Italie, une délégation d’Apaches est reçue par le Président de la Chambre, Luciano Violante, à qui on demande le blocage des financements.

- En Italie, 75 participants au Synode vaudois signent pour le blocage des financements.

- Les travailleurs de l’Ansaldo de Milan , la société préposée à la mécanique du télescope d’Arcetri, se mettent en grève en déclarant l’objection de conscience et provoquent le glissement de plusieurs mois du début des travaux.

1999

- Le Conseil tribal San Carlos présente un appel au Président de la République italienne pour demander le blocage des fonds destinés aux télescopes italiens afin de sauver la montagne sacrée.

- Une délégation Apache vient en Italie pour rencontrer les travailleurs de l’Ansaldo et divers parlementaires, parmi lesquels le député Cento, le député Mussi, le sénateur Manconi et le sénateur Toia.

- La U.S. Forest Service reconnaît Mt. Graham comme un endroit ayant une importance historique et l’inscrit dans le Registre National des Lieux à préserver.

- Le Symposium sur les religions des Natifs américains, qui se déroule à Capetown, en Afrique du Sud, émet une Résolution qui réclame au Département de l’Agriculture et des Eaux et Forêts des États-Unis le déplacement de l’observatoire, pour la défense d’un endroit considéré sacré par les Natifs américains et reconnu comme ayant une importance historique.

2000

- À Turin, l’Ecospirituality Foundation et le Laboratorio Musicale del Graal (Laboratoire Musical du Graal) organisent une ultérieure campagne en faveur de Mt. Graham. On organise la Convention Il lungo cammino del Popolo Rosso (le long chemin du Peuple Rouge) dont le pivot est le cas Mt. Graham. On organise des conférences auprès des associations Grotta di Merlino (Grotte de Merlin) de Turin et de Rome, et auprès de l’association Hunkapi de Gênes. Le Laboratorio Musicale del Graal se produit dans des concerts en faveur de Mt. Graham.

- Le Laboratorio Musicale del Graal produit, avec Daniel Zapata, un CD unique Mother Earth People, dont les bénéfices sont versés en entier à l’Apache Survival Coalition à l’appui de la lutte pour Mt. Graham.

2001

- Au mois de juin 2001 Ola Cassadore et Mike Davis viennent en visite en Italie, comme invités de l’Ecospirituality Foundation. Leur visite a comme but de sensibiliser le public italien sur leur problème et de rencontrer plusieurs personnalités politiques pour demander le blocage des fonds destinés à l’observatoire.

- À Rome Ola Cassadore et Mike Davis rencontrent des politiques et des syndicalistes, ainsi que des organisations humanitaires. Parmi les premiers : Sergio Cofferati de la CGIL, Grazia Francescato des Verts, le député Rizzo, le sénateur Marino, le Ministre Vinci-Gigliucci du Ministère des Affaires Étrangères. Parmi les secondes : Amnesty International Italie.

- Le 21 juin 2001 la Province de Rome invite la délégation apache à une conférence de presse à son siège et le Président Moffa s’occupe de faire connaître le cas aux autorités intéressées. Par la suite, le 19 juillet, le Conseil de la Province de Rome vote à l’unanimité un ordre du jour pour défendre le Mount Graham.

- Au Piémont la délégation apache est reçue officiellement par la Région, par la Province et par la Ville de Turin. Deux communes, Venaria Reale et Collegno, à la suite de la visite d’Ola Cassadore, signent une Résolution comme support à leur lutte, et beaucoup d’autres villes sont en train de suivre leur exemple.

- Armando Cossutta, membre du Parlement Européen, présente une interpellation au Parlement Européen pour demander des éclaircissements concernant l’implication de l’Europe dans le projet.

- Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro présentent deux appels aux Nations Unies de Genève en faveur de Mount Graham.

- Le sénateur Luigi Marino, des communistes Italiens, présente une interpellation au gouvernement pour solliciter le respect de la culture et de la religiosité des Apaches.

- Le 19 septembre le député Paolo Cento présente une nouvelle motion à la Chambre des Députés, signée par 35 Députés, dans laquelle on demande au Gouvernement le blocage des fonds destinés à l’observatoire.

2002

- Le 28 janvier la motion du député Cento est mise en discussion à la Chambre. C’est la première fois qu’une motion à l’appui de la religiosité des Apaches est discutée à la Chambre des Députés du Parlement italien.

- Au mois de juillet Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro participent, chargés par l’Apache Survival Coalition, au Working Group on Indigenous Populations de la Commission pour les Droits de l’Homme des Nations Unies à Genève. Ils présentent deux nouveaux appels comme porte-paroles d’Ola Cassadore, en faveur de Mount Graham.

- Le National Congress of American Indians émet une nouvelle Résolution à l’appui de la lutte des Apaches.

- Le livre « Les Peuples Naturels et l’Écospiritualité » de Giancarlo Barbadoro et Rosalba Nattero, écrit en collaboration avec Ola Cassadore dans le but de rendre plus manifeste le cas Mount Graham, reçoit l’encouragement moral des Nations Unies, du Haut Commissariat pour les Droits de l’Homme.

2003

- À la suite des appels de Rosalba Nattero et Giancarlo Barbadoro, le 26 mars le Special Rapporteur des Nations Unies Rodolfo Stavenhagen rencontre, en Arizona, Ola Cassadore et toute l’équipe de l’Apache Survival Coalition.

- Au mois de juillet Rosalba Nattero présente un nouvel appel aux Nations Unies au nom d’Ola Cassadore et Giancarlo Barbadoro présente une déclaration pour la défense des cultures et des traditions des Peuples indigènes.

http://www.eco-spirituality.org/f-mg.htm

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×