"

Commémorations des 100 ans de la fin de la guerre 14-18

La Grand-Place de Mons
Commémorations des 100 ans de la fin de la guerre 14-18 à Mons (Belgique) dimanche 11 novembre 2018

Roy Louis de la Nation Cree

Roy Louis est membre de la nation Samson Cree. Il est issu d'une famille de dirigeants et ancien président de l'Indian Association of Alberta.

Roy est un membre co-fondateur de Peace Hills Trust Company et de Peace Hills General Insurance, qui en est maintenant à sa 30 e année.

M. Louis a participé à la création du centre de guérison Pe Sakastew à Hobbema avec l'ancien commissaire Ole Ingstrup. En 2003, lui et sa femme Judy se sont rendus en Chine pour recevoir un prix international du Centre de guérison.

Il a reçu la médaille du Canada 125 en 1992 et la médaille du centenaire de l'Alberta en 2005 pour son bénévolat soutenu, son multiculturalisme et sa promotion de la sensibilisation culturelle et du développement des entreprises chez les Premières nations. Il a également reçu la médaille du jubilé de diamant de la reine en septembre 2012.

M. Louis était membre du Sénat de l'Université de l'Alberta et membre du conseil d'administration de Capital Health Authority jusqu'en 1998.

Il est conseiller auprès de la GRC auprès du sous-commissaire de la Division «K» pour les questions autochtones depuis 2007. M. Louis représente également la division «K» au niveau d'Ottawa.

Roy est également conseiller auprès du commissaire des services correctionnels, Don Head, à Ottawa.

Le 3 décembre 2013, M. Louis a reçu un prix d'excellence Lifetime de la part des modèles autochtones autochtones de l'Alberta.

Récemment, Roy a été sélectionné parmi les 50 personnes les plus influentes de l’Alberta par le Alberta Venture Magazine
Sur le front occidental, pendant la Première Guerre mondiale, les tranchées n'étaient pas uniquement occupées par des Européens, mais également par des hommes provenant des colonies et par des Amérindiens originaires des États-Unis et du Canada (Natives).
En 1914, 4 000 Indiens du Canada débarquent en France, et avec l'entrée en guerre des États-Unis en 1917, 14 000 Indiens des États-Unis les rejoignent.
Priere en dialecte autochtone, Roy Louis de la Nation Cree


Les premiers amérindiens de la guerre 1914-1918


Malgré qu'ils n'ont pas la citoyenneté américaine, les indiens sont recensés et incorporés à l'armée américaine. Ces amérindiens proviennent de nombreuses tribus dont 6 000 osages et quapaw, 4 000 sioux, 1 900 cherokees, 1 000 chippewa, 900 cheyennes. Au total, ce sont 17 313 Indiens qui servent sous le drapeau américain. Parmi eux, 14 000 sont envoyés en Europe, sur le front occidental.


Dans l'histoire des États-Unis. Ce conflit a été qualifié de «Grande guerre», ou comme la plupart d’entre nous l’ont appris dans le cours d’histoire, la Première Guerre mondiale. Initialement considérée comme la guerre de toutes les guerres, cette guerre a débuté le 28 juillet 1914 et s'est poursuivie jusqu'au 11 novembre 1918. Cette guerre a impliqué 30 pays différents et plus de 65 millions de soldats à un moment ou à un autre pendant la guerre. Et il est entré dans l'histoire comme l'un des conflits les plus meurtriers et les plus meurtriers de l'histoire américaine. Il a également entraîné de nouvelles technologies, des mutations industrielles et des mutations politiques majeures.


Les principales forces de cette guerre consistaient principalement en un certain nombre de pays européens. Au début du 20ème siècle, les puissances européennes ont commencé à former un système d'alliance. Les Britanniques et les Français se sont alliés contre les Allemands et ont fini par attirer les Russes. Les Allemands ont senti qu'ils avaient besoin de soutien contre cette alliance. Ils ont donc formé un partenariat avec des Autrichiens et ont fini par adhérer à l'empire ottoman. En 1914, la Grande-Bretagne, la France et la Russie étaient unies comme les Alliés et l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie et l'Empire ottoman étaient les puissances centrales.

Le 28 juin l914, l'archiduc Frank Ferdinand d'Autriche est assassiné. Cet événement a servi de déclencheur à la guerre, la crise diplomatique ayant suivi cet événement ayant conduit les grandes puissances à se retrouver en guerre en quelques semaines. Ce conflit s'est rapidement répandu dans le monde entier, car ce réseau d'alliances enchevêtré a eu pour effet d'impliquer des pays d'un côté ou de l'autre, alors qu'ils se joignaient au conflit dans le but de protéger des pays spécifiques avec lesquels ils étaient alliés. Ces relations ont finalement eu pour résultat que le Japon, la Bolivie et les États-Unis, ainsi que de nombreux autres pays, ont été impliqués dans une guerre qui est devenue essentiellement mondiale. À la fin de la guerre, plus de 100 pays étaient impliqués.


Fort de ces connaissances de base sur la Grande Guerre, PTT souhaite mettre l’accent sur l’engagement des États-Unis en mettant l’accent sur la façon dont les Amérindiens ont aidé à faire face à cette guerre de guerre horrible.
Lorsque les États-Unis entrèrent dans la Première Guerre mondiale, un projet fut appliqué et les hommes amérindiens furent tenus de s’inscrire, même s’ils ne devinrent citoyens de ce pays qu’en 1924. C’était une exigence très confuse et controversée, car beaucoup ne comprenaient pas pourquoi. ils devaient s'inscrire s'ils ne pouvaient en réalité pas être rédigés. Ce projet d’exigence a entraîné des conflits avec le gouvernement à ce moment-là.

photo : ECPAD

Bien qu'ils n'aient pas pu être rédigés, de nombreux hommes autochtones se sont portés volontaires pour servir, gardant ainsi l'occasion de perpétuer les traditions de «guerrier» de leurs tribus. Une chose intéressante à noter est que beaucoup de ces hommes qui ont combattu dans cette guerre étaient déjà habitués à la vie militaire, sachant qu'ils venaient de certaines écoles publiques telles que Haskell au Kansas et Chilocco en Oklahoma. Ils avaient l'habitude de porter des uniformes, de faire certains exercices et de faire en sorte que leur temps soit strictement réglementé. Pour un jeune homme autochtone, s'engager dans l'armée semblait être un mode de vie normal après avoir été assimilé à une culture qui n'était pas la leur.

photo : ECPAD
Des recherches ont révélé que 12 000 Amérindiens avaient consacré leur temps et leur vie à la Première Guerre mondiale. La découverte de cette information m'a conduit à Patty Loew, membre de la bande de Bad River du lac Supérieur Ojibwé. Son grand-père était connu pour tenir le journal le mieux documenté pendant cette horrible guerre. Loew considérait que les Amérindiens étaient placés sur les lignes de front de la bataille durant cette guerre, décrivant ainsi le rôle de la conception du "guerrier". Elle cite: «Ils étaient considérés comme des super-guerriers, supposés être extraordinairement courageux et féroces.» En raison de ces stéréotypes, les Amérindiens ont été placés dans un lieu où la vie était en danger, ce qui a entraîné la mort d'un plus grand nombre d'entre eux. La ration réelle pour soutenir ceci est qu'ils ont eu un taux de pertes cinq fois plus élevé que n'importe quelle autre race.


Comme la plupart des gens le savent, les Navajo Code Talkers sont devenus les héros de la Seconde Guerre mondiale tout en utilisant leur langue autochtone pour parler avec un code que l'ennemi ne pourrait briser. Ce que beaucoup de gens ignorent peut-être, c’est que cette forme de communication n’a pas seulement aidé à la Seconde Guerre mondiale, elle l’a également aidé. Comme la langue anglaise était parlée fréquemment par les Allemands, la communication était un problème pendant la guerre pour garder certaines choses secrètes. Même si ces hommes autochtones ont été punis à un moment de leur vie pour avoir parlé leur langue maternelle (tout en fréquentant une école publique), cette pratique est venue sauver de nombreuses vies. La tribu qui composait principalement ces codistes était celle de la tribu des Choctaw qui juraient de garder le secret sur ce plan, ce qui leur faisait perdre leur histoire. Non seulement ce petit groupe d'hommes (19 pour être exact) a-t-il contribué à semer la confusion parmi les Allemands, mais il a également ouvert la voie à la création et à l'aide de Navajo Code Talkers pendant la Seconde Guerre mondiale.
Tout au long de cette série, les Amérindiens dans l'armée, une chose semble être cohérente: le degré de dévotion des autochtones dans ces guerres pour la protection d'un pays qui les traitait comme des sous-hommes. Peut-être qu'une fois que nous verrons arriver 1924, la façon dont les autochtones ont été traités dans ce pays - en particulier la guerre - le temps peut changer. Le reste est de l'histoire.

Les Indiens d'Amérique du Nord dans la Grande Guerre

1917-1918

Jacques Rouzet

Présentation :

Les tranchées de la Grande guerre fourmillaient de soldats français et étrangers. Parmi eux, les Indiens d'Amérique du Nord sont arrivés en nombre.

Dès 1914, 4 000 Indiens du Canada débarquent en France et en 1917, 15 000 Indiens des États-Unis les rejoignent, retrouvant ainsi leur dignité de guerriers.

Comment ont-ils été recrutés ? Quelles étaient leurs compétences particulières ? À quelles tâches ont-ils été employés ?

Sioux, Cheyennes, Comanches, Apaches, Crows, Choctaws, Blackfeet, Navajos, combattirent au coude à coude avec les Doughboys ou les Tommies, les Tirailleurs sénégalais et les Australiens. Eux qui n'avaient pas même la nationalité américaine, ils se sentirent pleinement Américains pour combattre les soldats du Kaiser et mourir, couverts de boue, dans les tranchées.

C'est leur histoire, émouvante et superbe que nous raconte, dans un livre tout public et néanmoins extrêmement documenté, Jacques Rouzet, grand spécialiste des tribus « Natives ».

Lien > Les Indiens d'Amérique du Nord dans la Grande Guerre

Lien > Les contributions des Autochtones à la Première Guerre mondiale

Lien > 1914-1918 :  Des Amérindiens dans les tranchées

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site