"
Créer un site gratuitement Close

Histoire de la Colonisation

           

Christophe Colomb ne fut pas vraiment le premier homme à atteindre l'Amérique. 500 ans auparavant, des Vikings avaient abordés les rivages du Nouveau Monde.

                       
L'un d'eux était Leif Erikson, fils du navigateur Erik le Rouge. Leif atteignit l'Amérique tout comme Christophe Colomb, c'est-à-dire, sans vraiment avoir cherché à l'atteindre.

 Leif Erikson

Les Vikings ont donc suivi les étoiles et les vents tout en longeant les côtes. Ils ont abordé l'Amérique vers l'an 1000. Les Vikings se sont établis sur le continent et sont devenus pêcheurs, navigateurs, commerçants, guerriers et colonisateurs.

Malgré le fait que les Vikings menaient un excellent commerce de l'huile de phoque, de l'ivoire de morse et des fourrures et qu'ils avaient des possibilités de chasse et de pêche illimitées, ils ont fini par se désintéresser du territoire. La rudesse du climat, le déplacement des glaciers qui bloquent les voies de navigation et les nombreux conflits avec les populations autochtones expliquent leur départ de l'Amérique vers l'an 1100.

          

Les Vikings seraient ainsi les premiers Européens à débarquer sur le continent nord américain. Et en 1963 des fouilles archéologiques ont revelé la presence de ces hommes et femmes par la découverte de ruines à L'Anse-aux-Meadows(1*), dans le nord de Terre-Neuve . (1*) http://vuphotographie.com/canada/terre-neuve-en-ete/l-anse-aux-meadows

Les pointes de flèches en os retrouvées sur les sites Vikings laissent à penser que des combats se déroulèrent contre les autochtones. Chassés par les indigènes les Vikings ne s'attardèrent pas sur place. L'opposition des Amérindiens força les Vikings à abandonner la colonisation de l'Amérique du Nord. Mais, ils continuèrent à faire du commerce avec les Inuit dans le nord de l'Arctique, pendant plusieurs siècles.

                                     

LEIF ERIKSON:
Marin norvégien(975-1020), qui découvrit l'Amérique vers l'an 1000.
Le roi de Norvège prit Leif Erikson en amitié et le convia à la cour. Mais Leif, assoiffé de découvertes et appelé par le large, décidait de retourner chez lui, sur les grands pâturages du Groënland. C'est là que la traversée fut si agitée qu'il aborda une côte jusque là inconnue.


Leif navigua le long du rivage pendant plusieurs semaines et nomma trois
régions de cette nouvelle terre : Vinland, le pays des vignobles.
Maskland, le pays du bois.Helluland, le pays de la pierre plate.
Vinland était sans doute Cap Cod, Maskland devait être la Nouvelle-Ecosse,et Helluland, Terre-Neuve ou le Labrador.

Leif réussit à regagner le Groënland. Son récit engagea son frère à partir pour la Nouvelle Terre ; Celui-ci n'eut pas autant de chance que Leif, puisqu'ayant fondé une colonie sur place, il se heurta aux autochtones, hostiles à leur présence.

 

Les indigènes furent massacrés, mais la colère du peuple primitif(skraeling) les força à reprendre la mer. Seul périt le frère de Leif.

                    

Ces aventures n'eurent alors pas de suite, et restèrent alors ignorées dans le reste de l'Europe.
L'Amérique resta inconnue jusqu'à l'histoire de Collomb qui a fit connaître au monde, prenant cette Terre pour l'Inde.

 

 

 

 

 


           

1492

Chistophe Colomb atteint l'Amérique.
l'Espagne entre dans la course ,le desir religieux est plus important
4 Voyages de Colomb
(1492-1493)           .Bahamas.  San Salvador. Cuba  Haiti.
(1493-1496 )          .Dominique. Marie-Galante.Les Saintes. La  Guadeloupe.
1498.                  .Trinidad.
(1502-1504)           .Martinique.

Lorsque Christophe Colomb débarque aux Bahamas, il y fut accueilli amicalement par la population locale. Convaincu d' être aux Indes, Colomb leur donna le nom d' "Indiens". Ce vaste continent était peuplé depuis 25 000 ans au moins par des populations venues d'Asie, par vagues successives.Ces Indiens sont répartis sur l' ensemble du territoire et sont organisés en tribus ( les Sioux, les Apaches, les Pequots, les Narragansett, les Mohicans, Les Pokanoket, les Santees, les Cheyennes, les Arapahos, les Comanches, les Crows, les Creeks...). 


1497-1500


Voyage de Jean Cabot au Labrador .

Il chercha la route du nord pour aller aux Indes
avec l'appui  anglais, henri VIII.
Le 24 juin 1497, un navire européen, le Matthew, arrive pour la première fois au Canada. Le capitaine est un Génois appelé Giovanni Caboto (ou Jean Cabot) au service du roi d'Angleterre Henri VII.

Cinq ans après l'arrivée de Christophe Colomb aux Antilles, il a convaincu le roi d'armer à son tour une expédition maritime en vue d'atteindre enfin l'Asie des épices.

Le navigateur traverse l'océan Atlantique en un mois. Il aborde les îles de Cap-Breton et de Terre-Neuve, à l'embouchure du fleuve Saint-Laurent. Le retour se passe en quinze jours seulement grâce aux vents d'Ouest.

 


 

1460.1521


Juan Ponce de Leon.

1513.  Juan Ponce de Leon cherche la fontaine de jouvence(vers les bahamas)
2 avril
Découverte de la Floride
Après avoir traversé l'archipel des Bahamas, le navigateur espagnol Juan Ponce de Léon aborde sur les côtes d'une nouvelle terre aux Indes occidentales. Il prend possession de la région au nom du roi d'Espagne, Fernand d'Aragon, et la baptise Floride.


1499

 

 

 
Martin Alonso et Vicente Yanez Pinzon découvre les côtes du Bresil.
(Martin Alonzo et Vicente Yanez), nom de deux frères qui accompagnèrent Colomb dans son 1er, voyage, et qui firent ensuite par eux-mêmes quelques découvertes. Vicente aborda le 26 janvier 1500 au Brésil, dont on attribue généralement la découverte à Cabral, quoique celui-ci n'y soit parvenu que le 24 avril de la même année. Il y reconnut le cap St-Augustin, l'embouchure de l'Amazone, et une rivière de la Guyane qui a reçu son nom.

 


 

 

 

1534

 
Premier voyage de Jacques Cartier au Canada.

Il est envoyé par François 1er.Il cherche aussi le passage du nord ouest pour aller aux Indes!
1535. Deuxième voyage.
1541.Troisième voyage de Cartier.

Citoyen de Saint-Malo. Au nom de François Ier, il partit en 1534 avec deux navires vers l'ouest à la recherche d'un passage vers la Chine. Il parcourt la côte canadienne vers le nord puis vers le sud autour du golfe du Saint-Laurent et ramène deux enfants amérindiens. L'année suivante, le roi le renvoie explorer le continent. Cartier pénètre alors dans le fleuve du Saint-Laurent qu'il appelle "le Grande Rivière". Les jeunes indiens à son bord veulent l'entrainer à la recherche du royaume légendaire (et riche en or) du Saguenay. Il continue le long du fleuve jusqu'au village de Stadacona (actuel Québec), puis encore jusqu'au village de Hochelaga sur l'île de Montréal. L'expédition est toujours très bien accueillie. Puis il hiverne avec son équipage dans de difficiles conditions. Son troisième voyage est effectué en 1541 sous les ordres de Roberval qui part en réalité un an plus tard que Cartier. Cartier hiverne à nouveau, alors que l'animosité gronde entre les marins et les indiens. Au printemps Cartier n'attend plus Roberval. Il préfère rentrer au plus vite. il finit par croiser Roberval à Terre-Neuve mais refuse d'obéir à ses ordres et remet le voile vers la France.   


1562

Goulaine de Laudonnière
Jean Ribault et Goulaine de Laudonnière.
La France tente de coloniser ce qui est aujourd'hui la Caroline du Sud et la Floride. Les expéditions conduites par Jean Ribault et Goulaine de Laudonnière, au nombre de trois, se solderont par des échecs.
 
Coligny leur confie l'expédition  en Floride deux roberges ,150 hommes
1564. deuxième expédition.But coloniser la Foride.
1565 troisiéme expédition  .

 


 

1565 ( 8 Septembre )

La première colonie d'Amérique du Nord

Des colons espagnols, dirigés par Pedro Menéndez de Avilés, massacrent les Français huguenots qui tentent de coloniser la Floride.

                     Pedro Menéndez de Avilés

A Fort Caroline, les mutineries, la famine et la guerre avec les Indiens avaient affaibli la petite colonie.A la fin du mois d'août 1565, ayant fait brûler le fort, il s'apprêtait à regagner la France quand les renforts arrivèrent. Ce n'est que le 4 septembre que l'escadre de Pedro Menéndez de Avilés était signalée en vue de la rivière de May. Malgré l'avis de Laudonnière, Ribaut décidait de tenter sa chance sur mer, prenant avec lui la majeure partie de la garnison du fort ; malheureusement, une tempête tropicale balaya et drossa ses navires sur la côte le 12 septembre.Aidé par les Indiens, Menéndez de Avilés lançait une offensive terrestre. Le 20 septembre, il s'emparait de Fort Caroline et faisait exécuter ses occupants, à l'exception des catholiques, des femmes et des enfants. René de Laudonnière, Jacques Le Moyne de Morgues, Nicolas Le Challeux parvinrent à s'échapper, à rejoindre un navire resté en haute mer et à passer en France.Les survivants du naufrage de l'escadre française, dont Jean Ribaut, étaient rattrapés sur les plages de Matanzas et passés au fil de l'épée, les 29 septembre et 10 octobre.

1568 - Dominique de Gourgues dirige une expédition de représailles contre les Espagnols.

Vengeances de la France

La nouvelle des massacres avait immédiatement soulevé en France une vague de colère, habilement entretenue par les rescapés de Fort Caroline.

Dominique de Gourgues entreprit à ses frais une aventure qui devait l'amener en avril 1568 en Floride, où il rasa le fort espagnol de San Mateo, très symboliquement, bâti sur les ruines du fort français.

Arrivé en Floride, il tombe sur les Indiens du chef Saturiwa qui, ayant eut à subir les exactions des espagnols, leur interdisent l’accès à la terre ferme. Gourgues parvient à conclure un accord, grâce notamment à Pierre de Brie, rescapé de la tuerie de La Caroline de 1565. Les Espagnols disposant de trois forts, Français et Indiens décident de s’attaquer aux deux plus faibles, commandant la St. John’s River. Ils les prennent par surprise et en massacrent les garnisons. Ils s’avancent discrètement vers le troisième, l’ancienne citadelle de La Caroline rebaptisée San Mateo. La garnison (300 hommes) est en train de dîner. Surprise, elle est massacrée et les prisonniers sont pendus.

Les colons espagnols et pedro Menéndez de Avilés fondent la première colonie européenne en Amérique du Nord à Saint Augustine (dans l'actuelle Floride). Celle-ci sera détruite par les Anglais vingt ans plus tard.

 


 

1572 ( 24 Septembre )

 

Le dernier héritier inca est décapité
Túpac Amaru, frère de Titu Cusi, est capturé par les Espagnols sous les ordres du vice-roi Francisco de Toledo. Túpac Amaru est décapité en public. Il avait repris le flambeau de son frère pour résister contre la domination coloniale. Ainsi, le dernier héritier de l’Empire inca disparaît.
 


1581

 De 1581 à 1584

Plusieurs marchands français organisent des expéditions en Nouvelle-France, en Amérique du nord dans l'espoir de trouver des fourrures rares et d'autres richesses.


 

 

 

 

 

1583 ( 5 Août )

Sir Humphrey Gilbert

La Grande-Bretagne annexe Terre-Neuve

Sir Humphrey Gilbert hisse le drapeau britannique dans la rade de Saint John's et prend possession de Terre-Neuve au nom de la reine Elizabeth Ière. L'île, découverte vers l'an mille par les Vikings et explorée par Jean Cabot en 1497, est un important lieu de pêche à la morue. Les Français ne reconnaîtront l'occupation britannique que 1713 avec le traité d'Utrecht. Terre-Neuve deviendra la dixième province du Canada en 1949.


1603-1604


Premier voyage de Champlain au Canada.

La flottille appareille de Honfleur en 1603 direction le Saint Laurent.

Sans emploi après la guerre, il embarque pour l'Espagne sur le navire de son oncle Guillaume Allene, dit « capitaine Provençal », un corsaire désormais au service du roi de France. Arrivé à Cadix, Champlain obtient la permission de partir pour les « Indes occidentales ». Il séjournera deux ans dans les colonies espagnoles du Pérou et du Mexique. En 1601, Champlain reçoit en héritage de son oncle une immense propriété près de La Rochelle et une pension à la cour d'Henri IV.

Invité par Aymar de Chaste, nouveau titulaire du monopole de la traite en Nouvelle-France, Champlain embarque sur le navire de Gravé du Pont, le 15 mars 1603, volontaire pour un premier voyage qui le conduira au Canada. Ainsi commence sa carrière canadienne.

Durant sa carrière canadienne, Champlain traversera vingt-deux fois l'Atlantique, parcourera trente-cinq mille kilomètres et séjournera sur les rives du Saint-Laurent en toutes saisons, jusqu'à sa mort, à Québec, le jour de Noël 1635.

 


1614 ( 5 Avril )

 

 

 

 

 

 

Le mariage de Pocahontas

Pocahontas, fille du chef indien Powhatan, se marie avec John Rolfe, fils d'un colon anglais planteur de tabac. Cette union assurera plusieurs années de paix entre la colonie de Jamestown (Virginie) et les Amérindiens.


1622 ( 22 Mars )

Chef Opechancanough

Soulèvement indien en Virginie

Emmenés par le chef Opechancanough, oncle de Pocahontas, les Indiens de Virginie massacre 347 colons européens établit à Jamestown. Après quelques années de trêve Opechancanough sera fait prisonnier et exécuté en 1644.


1624 ( 4 Mai )

L'île de Manhattan achetée 24 dollars

Le colonisateur hollandais, Peter Minuit, achète aux Indiens Algonquins , au nom de la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, l'île de Manhattan pour l'équivalent de 24 dollars. Il fondera la colonie de La Nouvelle-Amsterdam. Les Anglais s'empareront de ce territoire en 1664.


1625 ( 2 Février )

Peter Stuyvesant

Les Hollandais fondent la future New-York
La Compagnie hollandaise des Indes occidentales, qui explore la côte nord-américaine depuis 1621, décide d'établir un fort sur une île appartenant aux indiens Manhatte. Ils baptisent l'endroit Nouvelle-Amsterdam. En 1664, le gouverneur hollandais Peter Stuyvesant cèdera l'île aux Anglais qui lui donneront le nom de New York en honneur au Duc d'York, le futur roi Jacques II.


1682 ( 9 Avril )

Paul Chomedey de Maisonneuve

Cavelier de La Salle offre la Louisiane à Louis XIV

Une cinquantaine de Français débarquent en Nouvelle-France (Québec) pour créer une communauté catholique. Menés par Paul Chomedey de Maisonneuve, ils fondent le village de Ville-Marie de Montréal, sur une île située à 1 500 kilomètres à l'intérieur des terres, au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Prairies. En 1535, l'explorateur Jacques Cartier l'avait baptisé "Mons realis" ("mont royal" en latin). Il deviendra la plaque tournante du commerce des fourrures. En 1760, la ville se rendra à la couronne britannique. Elle deviendra bien plus tard la deuxième ville francophone du monde, après Paris.


1686-1697


Le Moyne d'Iberville Campagne dans la baie d' Hudson.
Pierre Le Moyne d'Iberville a 25 ans lorsque, le 10 août 1686, le chevalier Pierre de Troyes lui confie le commandement des postes qui viennent de tomber. Iberville maraude. Jouant les flibustiers aux alentours de la rivière Nelson, il s'empare de deux navires anglais. Ces prises lui permettent d'échapper à la famine et d'approvisionner le fort Monsoni. Quand il rentre à Québec par la mer, à la fin d'octobre 1687, le bâtiment qu'il conduit est chargé à ras bord de fourrures et de marchandises anglaises.

1698-1702

Exploration du Mississipi et colonisation de la Louisiane.
Contraint de porter son regard vers d'autres horizons, mais toujours hanté par le désir de donner l'Amérique du Nord à la France, Iberville plaide en faveur de l'établissement d'une colonie française à l'embouchure du Mississippi.Son plan : étrangler les colonies de la Nouvelle-Angleterre entre le Canada au nord, le golfe du Mexique et la Louisiane au sud et le fleuve Mississippi à l'ouest.


1718 ( 25 Août )

Fondation de la Nouvelle-Orléans

Des colons français fondent à l'embouchure du Mississipi la ville de la Nouvelle-Orléans, baptisée ainsi en l'honneur du duc d'Orléans, qui exerce alors la régence pendant la minorité de Louis XV. Elle deviendra la capitale de la colonie de Louisiane. Cédée en 1762 à l'Espagne, qui la restituera à la France en 1800, elle sera vendue aux Etats-Unis en 1803 par le premier consul, Napoléon Bonaparte, avec le reste de la Louisiane.


1760 ( 8 Septembre )

Vaudreuil

Montréal cède face aux Britanniques
Peu de temps après la capitulation de la ville de Québec, Montréal, sous le pouvoir du gouverneur Vaudreuil, est à son tour contrainte à la reddition. Dès 1755, la guerre entre Britanniques et Français ravageait les territoires canadiens, avant même que ne débute la guerre de Sept ans (1756 – 1763), qui a alimenté les conflits. La totalité de la Nouvelle-France passe désormais aux mains des Anglais. Le traité de Paris, en 1763, établira officiellement le pouvoir britannique sur le Canada (sauf Saint-Pierre-et-Miquelon).


1780

José Gabriel Condorcanqui

Révolte au Pérou
Joseph Condorcanqui conduit une révolte contre les colons espagnols du Pérou. Il prend symboliquement le nom de Túpac Amaru, nom du dernier héritier inca, et dont il se dit le descendant. La révolte est violemment réprimée et comme son présupposé ancêtre, Condorcanqui sera exécuté par les Espagnols.


1787 ( 13 Juillet )

Le territoire indien protégé

Après que les 13 colonies des Etats-Unis déclarent leur indépendance vis-à-vis de la Grande-Bretagne, une ordonnance est adoptée afin de sauvegarder les territoires indiens du Nord-Ouest, dans la région des Appalaches. Il est alors impossible de s’emparer d’une terre appartenant aux Indiens sans obtenir leur accord. De même, l’ordonnance mentionne que leur liberté ne peut être bafouée. Toutefois, ces termes ne sont plus valables si le congrès déclare ou autorise une guerre. Quoiqu’il en soit, même si aucun conflit ne sera cautionné par le congrès, l’ordonnance ne sera pas longtemps respectée.


1791 ( 10 Juin )

Roi d'Angleterre George III 

Acte constitutionnel du Canada

Le roi d'Angleterre George III signe l'Acte constitutionnel du Canada. Il partage ainsi la colonie en deux provinces : à l'ouest de la rivière Ottawa est créé le Haut-Canada, à dominante anglophone ; à l'est le Bas-Canada qui réunit les Canadiens de souche française. Le Bas-Canada inclut la Nouvelle-France, qui sera annexée par l'Angleterre en 1763, par le traité de Paris. En 1840, un Acte d'Union réunira le Haut et le Bas-Canada en une seule province, appelée Canada.

 


 

1803 (Le 5 juillet)


Expédition transcontinentale de Lewis et Clark (1804-1806)

                

                     Meriwether Lewis et William Clark

On ne savait pratiquement rien à l'époque, en affrontant les Amérindiens et la faune sauvage.
Thomas Jefferson, obtient du congrès une subvention de 2 500 dollars afin d'envoyer des officiers afin d'explorer l'ouest sauvage.
Une fois la grande Louisiane vendue par les Français aux Américains par Napoléon pour une somme dérisoire, tous ces territoires étaient à explorer. L'expédition avait pour objectif l'étude des tribus amérindiennes, On savait déjà pas mal de choses grâce à des trappeurs aventureux mais il fallait analyser la faune, la flore, les reliefs et surtout les fleuves qui pourraient servir pour le commerce fluvial et maritime vers le Pacifique. En effet, on savait déjà grâce à des témoignages de trappeurs que le Missouri prenait sa source dans les montagnes Rocheuses, et qu'il existait un autre fleuve plus à l'ouest qui se jetait dans le Pacifique. Lewis était le secrétaire de Thomas Jefferson, ancien soldat et il fut envoyé à Philadelphie en Pennsylvanie pour y apprendre la cartographie. Clark était, quant à lui, un ami proche de Lewis et connaissait bien les Indiens ainsi que la navigation fluviale. Le 5 juillet 1803, il quitte Washington DC, rassemble des armes, construit un grand bateau puis remonte l'Ohio. Clark le rejoint à Clarksville dans l'Indiana. En décembre 1803, 45 hommes 1 sont rassemblés à Saint Louis : neuf viennent du Kentucky, 21 hommes appartiennent à l'armée, deux Français (Cruzatte et Labiche), neuf bateliers. Trois embarcations partent de Saint Louis : la principale mesure environ 16 mètres. Les deux autres sont de petits canots. Clark rejoint le corps expéditionnaire à Saint-Louis. L'expédition alors peut commencer...

L'expédition commenca réellement le 14 mai 1804, sur un bateau et deux pirogues. Ils remontèrent la rivière Missouri, et atteignirent en octobre les villages de la tribu Mandan (Sioux) dans le Dakota du Nord, où ils s'installèrent pour l'hiver 1804-1805 au bord du Mississippi, face à l'embouchure du Missouri.

            

Lewis et Clark comprirent vite qu'ils devraient compter sur la bonne volonté des Indiens pour réussir. Les Mandan leur donnèrent de la nourriture, protection militaire et les informations pour poursuivre la piste.
Ils explorent pleinement le nouveau territoire américain et découvrent plusieurs cours d'eau: les rivières Kansas, Platte, le Petit Missouri, les rivières Yellowstone, Kooskooskee, Snake. Quant au Missouri, il leur posera problème lorsqu'ils devront franchir ses gigantesques chutes.


Cette expédition est avant tout une occasion pour faire connaissance avec des tribus indiennes. Pour chance, on a aussi penser à emmener quelques cadeaux pour les Amérindiens (pacotille, tabac, couteaux, étoffes, alcool ...).

  
Pendant deux ans, ils fraterniseront  avec des tribus durant des rencontres avec les Otos, les Missouris, les Nez-percés, les Shoshones, les Yanktons, les Sokulks . En effet, en général, les rencontres se passe bien et les groupes s'échangent des cadeaux. Un chef Shoshone sauvera même l'expédition en leur offrant quatre chevaux. Mais c'est surtout un moment précieux pour s'échanger des moeurs, et partager sa propre culture, telles que la cuisine ou la chasse.


Par contre, les réactions d'autres tribus indiennes surprennent les aventuriers. En août 1804, ils découvrent que le peuple Mahas a massacré tous les siens, simplement à cause d'une épidémie de petite vérole et de l'alcoolisme. Plus tard, devant un repas constitué de chien, les Sioux Yanktons les préviennent de l'inhospitalité des Sioux Tetons. En effet, lors de leur rencontre, l'un de leurs chefs réclame à Lewis un bateau en guise de droit de passage. Il leur faut donc quelques précautions pour approcher les indiens car ils ignorent quelle pourrait être leur réaction. C'est pourquoi ils font attention de dormir dans des endroits protégés d'éventuelles attaques indiennes et le campement est surveillé par des hommes. Les Indiens ne sont pas les seuls dangers. En effet, durant l'expédition deux grizzlis prennent d'assaut le campement, dont un qui poursuit Lewis. Un des deux sera abattu, l'autre fuira.

                    

Pour subsister au froid, l'expédition passe l'hiver à Fort Mandan (actuel Dakota du Nord). Ils profitent de cette pause pour réparer leur équipement, commercer avec les Indiens, chasser, et recueillir des informations sur les moeurs indiens.

Par exemple, Lewis apprend la façon de chasser les bisons (mettre le feu à la prairie pour les effrayer).  C'est ici que le franco-canadien Toussaint Charbonneau et son épouse rejoindront le groupe et le guideront vers l'ouest.
Trois mois plus tard, l'expédition se sépare d'une partie de ses hommes, ceux-ci étant chargés de rapporter à Saint-Louis 108 spécimens botaniques, 68 minéraux et des cartes. Le reste de l'expédition continue de remonter le Missouri avec 32 personnes affamées. Pour subvenir aux besoins nutritifs du reste du groupe, Lewis abat un cheval puis les Amérindiens Nez-Percés leur donneront du poisson et des racines, et les Sokulks du saumon.
Finalement, le 7 novembre 1805, ils aperçoivent enfin l'Océan Pacifique, mais la descente se révèle difficile.

              

Leur épopée est à l'origine de la découverte de plus de trois cents espèces et de l'identification de plus de 50 tribus indiennes. Elle est devenue un des mythes fondateurs de l’histoire des États-Unis.


1817

Andrew Jackson

Les Séminoles entrent en guerre contre les Américains

Les Indiens séminoles prennent les armes lorsqu’Andrew Jackson envahit la Floride avec son armée. L’expédition aurait été organisée en représailles des vols commis par les Séminoles dans les plantations de Géorgie et de l’aide fournie aux esclaves en fuite. Les Indiens ne pourront rivaliser. Alors territoire espagnol, la Floride passera aux Etats-Unis en 1819. Au début des années 1830, un traité sera signé pour que les Séminoles quittent l’ouest du Mississipi. Mais certains d’entre eux se révolteront, menant à une nouvelle guerre.


1830  ( 28 Mai )

L’Indian Removal Act est promulguée

Les Etats-Unis, alors sous la présidence d’Andrew Jackson, promulguent une loi qui donne l’ordre de déporter toutes les populations indiennes situées à l’est du Mississipi. Parmi elles figurent alors les Cherokee et les Séminoles, qui refusent catégoriquement de se séparer de leurs terres. Mais cette nouvelle loi ne leur laissera pas le choix. Dans les années qui suivront, l’armée américaine rassemblera des dizaines de milliers d’individus indiens pour les conduire au-delà du fleuve.


1838 Octobre

Les cherokees sur la Piste des larmes

Des milliers de Cherokees sont forcés de quitter leur territoire de l’Est du Mississipi, pour atteindre le nord-est de l’Oklahoma. En effet, le 29 décembre 1835, une minorité d’entre eux avaient signé le traité de New Echota avec les Etats-Unis, par lequel ces terres regorgeant d’or étaient cédées au pays pour 5 millions de dollars. À son échéance, l’armée américaine se charge de faire évacuer le territoire. Un voyage long et harassant les attend, et plus de 4000 d’entre eux périront en chemin, de froid, de fatigue ou de maladie.

Page suivante guerre de sept ans

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site