"

Pierre Jean De Smet Jésuite chez les Amerindiens de (1801-1873)

DE SMET, PIERRE-JEAN, prêtre, missionnaire jésuite, né le 30 janvier 1801 à Termonde dans le diocèse de Gand en Belgique.

Natif de Belgique, le Père de Smet arrive aux Etats-Unis en 1821, alors âgé de 20 ans. Il devient novice jésuite dans le Maryland près de Baltimore puis est ordonné prêtre à Saint Louis dans le Missouri.

Son ambition, comme prêtre, était de devenir un missionnaire auprès des « Native Americans »

C’est là qu’il est ordonné prêtre en 1827. En plus du ministère auprès des indiens Osages, il contribue à la fondation du collège de Saint-Louis où il enseigne la religion, l’anglais et l’agriculture pour ensuite devenir procurateur et préfet des études. Le collège de Saint-Louis deviendra université en 1832.

En 1838, il est envoyé pour prêcher dans les villages Potawatomi près de l’actuelle ville de Council Bluffs (Iowa).

Là il rencontre une délégation d’ indiens Flathead venus de l’Est pour rencontrer la « robe noire » qui pourrait , pensent-ils, aider leur tribu avec la parole de Dieu.

Dans les années 1840, de Smet fait plusieurs voyages chez les Flatheads, dans l’ouest du Montana, y établit une Mission et conclut un traité avec leurs ennemis irréductibles les Blackfeets.

Pour en savoir plus sur Pierre Jean De Smet, prêtre, missionnaire jésuite

> Permalien: www.biographi-Pierre-Jean De Smet

et sur wikipedia > www.biographi- wikipedia.org

 

VOYAGES AUX MONTAGNES ROCHEUSES: chez les tribus indiennes du vaste territoire de l'Orégon, dépendant des États-Unis d'Amerique
Du 27 MARS au 31 DÉCEMBRE 1840.

ADRESSÉE  A M. LE CHANOINE DE LA CROIX,  A GAND.
Université de Saint Louis,  4 février 1841.

MONSIEUR LE CHANOINE,

Vous vous attendez sans doute à des détails intéressants sur mon long, très-long voyage à Saint-Louis jusqu'au delà des Montagnes Rocheuses ( Rocky Mountains ). J'ai mis soixante jours à traverser le fameux désert Américain, et près de quatre mois à revenir sur mes pas par un nouveau et très-hasardeux chemin.

Je quittai Saint Louis 27 mars 1840 dans un bateau à vapeur, et je remontai le Missouri à une distance de 500 milles, pour rendre aux frontières de l'état. Le navire où j'étais embarqué était ( comme ils le sont tous dans ce pays où l'émigration et le commerce ont pris une si grande extension ) encombré de marchandises et de passagers de tous les états de l'Union, je puis même dire de différentes nations de la terre, blancs, noirs, jaunes et rouges avec les nuances de toutes ces couleurs, le bateau ressemblait à une petite Babel flottante, à cause des différents langages et jargons qu'on y entendait.Ces passagers débarquent pour la plupart sur l'une et l'autre rive, pour y ouvrir des fermes, y construire des moulins, ériger des fabriques de toutes sortes d'espèces; ils augmentent de jour en jour le nombre des habitants des petites villes et des villages qui s'élèvent comme par enchantement sur les deux rives.

pour lire la suite > http://gallica
 

 

Page suivante > Guerre de Sept Ans

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site