"

La bataille de Little Big Horn - 25 juin 1876

C'est la plus prestigieuse des victoires indiennes. Ou le lieutenant-colonel Custer y trouve la mort avec tout son détachement, anéanti par les guerriers sioux, cheyennes et arapahos , conduits par Sitting Bull, Gall, Crazy Horse, Crow King, Rain In The Face, Two Moon, et Dull Knife.

                          
La bataille de Little Big Horn s'est déroulée le 25 juin 1876 à proximité de la rivière Little Bighorn (affluent du Bighorn, un affluent du Yellowstone), dans le Montana. Elle oppose le 7e régiment de cavalerie de l'US Army du lieutenant-colonel George A. Custer ( surnommé "Pehnin Hanska" - Longs Cheveux -) à une coalition de Cheyennes et de Sioux rassemblés sous l'influence de Sitting Bull (Taureau Assis). Par contre, le commandement des attaques au 25 juin est confié et mené par Crazy Horse (Cheval Fou) et Gall , Two Moon ,Crow King , Rain In The Face,et Dull Knife.
           Les causes


En 1874, des gisements d'or furent découverts dans les Black Hills, en plein territoire indien (South Dakota et Montana Actuels).
Des négociations laborieuses s'engagèrent avec les Sioux pour qui les Black Hills étaient un territoire sacré.
Le gouvernement des Etats-Unis offrit aux Indiens une somme cent fois moindre que celle qu'ils exigeaient pour la cession du territoire.
Devant l'impasse des négociations et les pressions accrues des colons, le gouvernement américain décida d'imposer la cession du territoire par la force.
     Les premières opérations


Au printemps 1876, trois colonnes de soldats convergèrent sur les Black Hills afin de briser la résistance indienne.

General George Crook
Le général George Crook doit arriver du sud avec les 2 ème et 10 ème régiments, comprenant 1309 hommes dont 262 éclaireurs Crows et Shoshone, ennemis jurés des Sioux.
Le colonel Gibbon partit du nord-ouest à la tête du 2 ème de cavalerie et du 7 ème d'infanterie, composés de 450 hommes.
De l'est arrivaient les 925 hommes du 6 ème d'infanterie et du 7 ème de cavalerie, sous les ordres du général Terry et du lieutenant-colonel Custer.

                     
Les trois colonnes cerneraient les Indiens pour les contraindre, soit à capituler, soit à livrer une bataille que l'infériorité de leur armement leur ferait certainement perdre.
Pour faire face à la menace, sept tribus Sioux et une tribu Cheyenne se coalisèrent, réunissant un total d'environ 5000 guerriers.

         chefs Gall                    Sitting Bull                       Crow King

     Rain In The Face               Crazy Horse ?                    Kicking Bear

    chef Two Moon               Dull Knife                    Spotted Eagle

La coalition était composée des Sioux Hunkpapas (chefs Gall , Sitting Bull et Crow King, Rain In The Face ), des Sioux Oglalas (chef Crazy Horse et Kicking Bear ), des Cheyennes (chef Two Moon et Dull Knife), des Miniconjous (chef Hump son nom indien était Etokeah), des Sans Arc (chef Spotted Eagle), et, avec des effectifs plus réduits, des Brulés, Pieds Noirs et Arapahoes.


Le 17 juin 1876, les Sioux Oglalas, sous la conduite de Crazy Horse (considéré comme le plus grand "général" indien de l'histoire du Far West), stoppèrent l'avance de Crook sur la rivière Rosebud, Crook n'échappa au désastre que grâce à ses éclaireurs indiens.
Présentée comme une victoire dans les hautes sphères américaines, la bataille de Rosebud fut en réalité une défaite stratégique, laissant Crook sur la défensive et dans l'incapacité d'appliquer le plan prévu.
Pendant ce temps, les deux autres colonnes continuaient leur marche en territoire indien...

                 
Le 23 juin, Custer partit en éclaireur à la tête du 7 ème de cavalerie avec mission d'encercler les Indiens par le sud et de les rabattre vers les troupes de Gibbon.
Custer découvrent un immense village indien sur la rivère de Little Big Horn, Ils parlent de milliers tipis et de troupeaux de dizaines de milliers de chevaux.Custer se dispose à attendre l'arrivée du général Terry et du colonel Gibbon. Mais un incident va précipiter les événements,une caisse de biscuits tombée d'un chariot est trouvée par de jeunes chasseurs indiens. Quand les soldats, font demi-tour pour retrouver la caisse perdue, il tombe sur les Indiens et ils ouvrent le feu .L'alerte est donnée dans le camp.


Custer décida de passer à l'attaque du campement, prévenus de sa présence les Indiens pouvaient lever le camp afin d'échapper à l'encerclement. Par ailleurs, Custer, qui ne s'était jamais distingué par la modestie, lança sûrement une attaque prématurée et imprudente parce qu'il voulait recueillir seul la gloire de la victoire, ainsi qu'il l'avait déjà fait en diverses occasions.
Ses propres éclaireurs indiens l'ont supplié de ne pas attaquer

         
Quoi qu'il en ait été, en lançant ses 700 cavaliers fatigués contre plusieurs milliers de guerriers frais et dispos, Custer commit une erreur majeure.
              La bataille


Le 24 juin, malgré des informations signalant plusieurs milliers d'Indiens, Custer divisa ses forces à l'approche du camp.

              
Suivi de la moitié du régiment, il passerait au nord par les collines, le major Reno et la capitaine Benteen, au commandement du reste de la troupe, complèteraient l'encerclement en passant par la rivière.


C'était un des plus grand village indien jamais rassemblé dans les Plaines ,qui couvre près de 5 kilomètres dans les rive de la Little Big Horn appelée "Peji Sluta Wakpala" par les Lakotas ("Greasy Grass" en anglais). Il compte plus de huit mille personnes, dont plus de trois mille guerriers. Il y a là les Oglalas de Crazy Horse, les Hunkpapas de Sitting Bull, Gall et Rain-in-the-Face, les Cheyennes de Two Moons et de Dull Knife, un groupe d'Arapahos, et même, des Santees revenus du Canada. De nombreux Indiens des réserves sont également venus rejoindre, dans les derniers jours, ceux qui vivent encore libres. Tous ceux qui refusent la vie de la réserve sont rassemblés là.

Le 25 juin, les hommes de reno lançèrent l'attaque contre la partie sud du camp, occupée par les Sioux Hukpapas.

            

Le bataillon de Reno tomba dans une embuscade, perdant la moitié de ses effectifs, et ne tarda pas à battre en retraite dans le désordre et la panique.


Les Indiens font vigoureusement face à l'ennemi. Conduits par des grands chefs de guerre comme Gall, Rain-in-the-Face et Two Moons, ils ripostent par une violente contre-attaque, puis parviennent à déborder les soldats, les contraignant à retraverser la rivière il ordonne donc à ses cavaliers de se remettre en selle et de se retirer dans le sous-bois. Reno, complètement désorienté depuis qu'il a reçu en pleine figure la cervelle du scout arikara Bloody Knife qui vient d'être frappé à ses côtés d'une balle en pleine tête, se lance dans une série d'ordres contradictoires, achevant de dérouter ses hommes. Une nouvelle manoeuvre de repli conduit les hommes de Reno au sommet d'une colline qu'on appellera plus tard "Reno Hill".Ses hommes tentent de le suivre mais Reno n'a laissé aucune force de couverture ou arrière garde afin de couvrir sa retraite précipitée. Ceci provoque une déroute en moins de vingt minutes 40 soldats sont tués et 13 blessés par les Indiens, menés par les chefs Two Moon, Crazy Horse et Crow King.

                 
Au nord, dans les collines, Custer fut assailli par plus de 2000 guerriers conduits par Gall, Crazy Horse et Two Moon. Les cavaliers tentèrent de se réfugier sur une hauteur mais en furent empêches et furent contraints de mettre pied à terre pour faire face à l'attaque. Ils formèrent un demi-cercle et abattirent leurs chevaux pour s'en faire une barricade mais furent rapidement submergés par la marée des Peaux-Rouges.


Le bataillon de Custer fut anéanti en une trentaine de minutes, il n'y eut aucun survivant parmi les 224 hommes qui le composaient.
Un peu plus loin, dans une boucle du fleuve, Benteen avait lancé son bataillon au secours de Reno. Les deux troupes réunies résistèrent jusqu'au soir aux attaques des Indiens.
Les attaques cessèrent au crépuscule mais le lendemain, 26 juin, les Indiens repassèrent à l'action, infligeant des pertes de plus en plus lourdes aux cavaliers américains.
Une charge, conduite par le capitaine Benteen, fut lancée contre une concentration d'Indiens qui se préparaient à submerger les deux bataillons décimés, et ceci prolongea leur résistance jusqu'au soir.
Vers la tombée de la nuit, à l'approche des colonnes de Terry et Gibbon, les Indiens évacuèrent la vallée et se dirigèrent vers les montagnes...
  Conclusions "officielles"

 

Si les Peaux-Rouges avaient écrit leur histoire, la bataille de Little Big Horn y figurerait en bonne place. Ce fut la seconde plus grande victoire que les Indiens remportèrent sur les envahisseurs blancs (après celle du fleuve Wabash )
Suite à une grossière erreur militaire, Custer avait fait exterminer ses hommes et s'était fait tuer avec eux en n'infligeant pratiquement aucune perte aux Indiens (environ une centaine de tués, voire moins).
Interprétations actuelles de la bataille
La défaite de Custer est entourée de controverse et divise la communauté des historiens.
Généralement acceptée des décennies durant, la version officielle de la bataille est depuis peu totalement battue en brèche par des historiens modernes qui s'appuient sur des témoignages d'époque. Ces derniers sont effectivement des plus interpellants.
Selon cette théorie, la bataillle de Little Big Horn se serait déroulée comme suit...

A la jonction de la Tongue River et de la Rosebud, le 23 mai 1876, Custer rejoignit le général Terry et le colonel Gibbon. Le général Terry lui donna ses ordres : converger vers la rivière Little Big Horn

            
Pendant ce temps, Terry, Gibbon et Crook arriveraient par le nord et par le sud et prendraient le camp en tenaille. D'après le bureau des affaires indiennes de Washington, il y avait 800 Indiens "hostiles" dans la région.
Dans l'intervalle toutefois, les Sioux commandés par Sitting Bull, reçurent le renfort d'Indiens d'autres réserves, avec des guerriers célèbres et valeureux comme Gall et Crazy Horse.

Ces tribus se regroupèrent pour aligner environ 1.500 combattants, un nombre que prévoyait de rencontrer Custer. Il ne sous-estima donc pas les Indiens, malgré ce qu'affirme l'autre version, présentée comme un mythe récurrent sur la bataille.

Custer se mit en marche après avoir refusé des canons et des troupes en renfort.

                     
Sitting Bull engagea les hostilités contre le général Crook et ses troupes le long de la rivière Rosebud. Pris par surprise mais n'ayant subi que de légères pertes (11 morts pour 1300 soldats au combat), Crook prit l'étrange décision de se replier vers le Wyoming, négligeant d'informer Custer du nombre important de guerriers indiens.

Le 24 juin, George Armstrong Custer arriva à la Little Big Horn, installa son camp et décida d'attendre Gibbon, sensé arriver le 26 juin, et Crook qui devait arriver le lendemain. A ce moment-là de la campagne, il ignorait le nombre exact d'Indiens qu'il devrait combattre

               

Un incident majeur survint ce même 24 juin : des Sioux et des soldats en patrouille échangèrent des coups de feu. Custer décida alors d'attaquer le 25 juin, craignant une fuite précipitée des Indiens.

  

Il divisa ses troupes en trois colonnes :
La première colonne (la sienne), composée de 217 hommes, progresserait sur la rive gauche de la rivière afin d'attaquer le village indien par l'Ouest.
La deuxième colonne, dirigée par le major Marcus Reno et forte de 140 hommes, attaquerait le village à l'est.
La troisième colonne, dirigée par le capitaine Frederick William Beenten et forte de 255 hommes, emprunterait le cours supérieur de la rivière Little Big Horn pour empêcher une attaque des Indiens par l'arrière.

               

A 15h00, Reno chargea le camp indien.
Les Indiens furent surpris par l'attaque mais réagirent efficacement. Une centaine de guerriers se portèrent à la rencontre des 140 hommes de Reno. Le premier assaut des Indiens fut repoussé.


Dans le même temps, Custer arriva en vue de la face nord du village indien qui s'étalait sur cinq kilomètres et dont Custer n'aperçut qu'une infime partie. Custer envoya un messager à Benteen : "Benteen, gros Village. Soyez rapide. Apportez les munitions. P.S. Apportez les munitions. Dépêchez-vous !!!

Dans le camp Indien, s'installa un début de panique et les Indiens non-combattants commençèrent à fuir. Custer aurait alors envisagé de capturer ces civils estimant qu'une fois leurs familles capturées, les guerriers indiens seraient obligés de se rendre.
Toutefois, les éclaireurs de Custer lui apprirent les difficultés sur le front de Reno. Ce dernier envoya un messager à Custer pour lui indiquer sa position délicate. Custer y répondit "Nous serons bientôt à vos côtés"...

A 15H20, 15 minutes après avoir attaqué le camp indien, Reno, paniqué, lança des ordres contradictoires avant d' ordonner la retraite vers un bois voisin. 30 minutes plus tard, il ordonna la retraite générale sur une colline. Perdant totalement son calme, Reno oublia de constituer une arrière-garde pour couvrir la retraite ! 53 cavaliers furent tués dans la déroute, soit presque 50% du bataillon de Reno.
                    

Pendant ce temps, Benteen continua à avancer sans forcer l'allure, en dépit des ordres reçus.

Les Indiens poursuirent Reno tandis que d'autres, menés par Crazy Horse, attaquèrent les forces de Custer.
Le général fit retraite jusque sur une colline qui porte aujourd'hui son nom. Il y réunit tout son bataillon et organisa la défense.

                    

Pendant ce temps, Reno, retranché sur sa colline et harcelé par les Indiens, reçut l'aide de Benteen qui ajouta ses forces aux siennes. Reno et Benteen disposèrent à cet instant d'environ 400 hommes et des munitions. Custer ne disposait que de 215 hommes.

La retraite de Reno permit aux indiens de lancer toutes leurs forces contre Custer.

Custer tenta de découvrir un accès vers le village pour capturer les civils et contraindre les Indiens à la reddition. Il aurait découvert un passage mais aurait préféré attendre les renforts (puisque Benteen avait ordre de surgir avec les munitions)

              
Custer plaça ses troupes sur deux collines, à l'ouest de Custer Hill. Les Indiens détruisirent la compagnie E, forçant Custer, l'état-major et la compagnie F à se retrancher sur Custer Hill vers 17h20.

Sur Reno Hill, on entendit clairement les bruits de combats à quelques kilomètres de là, provenant de Custer Hill. Le capitaine Weir demanda à Reno et Benteen la permission de se rendre au secours de Custer. Les deux officiers refusèrent catégoriquement.

                       

Les Indiens de Gall et Two Moon attaquèrent Custer de front alors que Crazy Horse le contourna et attaqua le flanc gauche. Toutes les troupes indiennes se ruèrent à l'attaque, enfonçant les défenseurs de tous côtés. Les derniers soldats furent massacrés. Custer fut atteint d'une balle dans la hanche et décéda après une longue agonie.


Une fois le bataillon de Custer, 210 hommes, massacré, les Indiens se tournèrent contre Benteen et Reno qu'ils harcèlèrent pendant tout le restant de la journée et la nuit.
Le 26 juin, les Indiens se retirèrent après plus de 24 heures de combats. Le lendemain, Reno et Benteen furent rejoints par les troupes de Terry et Gibbon.

         

Captain, Frederick Benteen.   Major Marcus Reno

        

    General-Alfred-Terry       Colonel John Gibbon

263 hommes du 7e de cavalerie avaient été tués, de même que 200 à 300 Indiens (sans compter les morts ultérieures par blessure). Globalement, la moitié des 647 hommes du 7e de cavalerie fut mise hors de combat (tués/blessés) et les Indiens d'Amérique perdirent environ un tiers de leurs 1500 guerriers disponibles

Selon cette théorie, décriant le manque d'actions, pour ne pas dire la lâcheté, de Benten et Reno, la tactique de Custer était parfaitement adaptée au terrain et à la bataille qui allait suivre.
Sans la trahison de ses subordonnés, Custer aurait gagné la bataille de Little Big horn. Des Indiens contemporains l'auraient déclaré.

Trois ans après Little Big Horn, le public s'interrogeait toujours sur la défaite, l'armée n'ayant ordonné aucune enquête officielle pour déterminer ce qui s'était passé - et surtout les erreurs commises.
Le premier biographe de Custer, Frederick Whittaker, se dit convaincu que les deux subordonnés de Custer, Benteen et Reno, avaient trahi leur commandant en pleine bataille. En 1879, il demanda au Congrès d'ouvrir une enquête contre le major Reno, le plus haut gradé après Custer. La Commission d'Enquête ouvrit sa session la même année; 23 témoins furent entendus, 5 pièces à conviction (essentiellement des cartes) présentées. La Commission conclut à l'innocence totale du Major Reno.

La défaite de Custer est donc entourée de controverse et divise la communauté des historiens.
Plusieurs officiers, dont le chef suprême de l'armée américaine en personne, le général Miles, et civils s'indignèrent du comportement de Benteen et de Reno qui n'avaient pas porter secours aux hommes de Custer. En 1879, ces derniers affirmèrent qu'il aurait été suicidaire de tenter de rejoindre les 5 compagnies de Custer, un jugement aujourd'hui controversé.
Certains historiens, accusent Reno et Benteen d'avoir délibérément abandonné Custer et les considèrent coupables de trahison militaire.
Ces accusations contre Reno ne sont pas partagées par tous. Pour certains, Reno était déjà en état de choc dès les combats conduits dans le sous-bois le rendant ainsi non-opérationnel en zone de combat. Il ne joua effectivement aucun rôle dans les combats du lendemain, laissant le commandement réel à son subordonné Benteen...
D'autres auteurs enfin rejettent la responsabilité du désastre sur Custer qui aurait lancé une attaque prématurée en n'ayant qu'une vue très incomplète des effectifs indiens... A la décharge de Benteen, on peut affirmer qu'il défendit sérieusement sa position durant 24 heures, menant deux charges victorieuses alors que les cavaliers semblaient sur le point d'être submergés. Benteen fut d'ailleurs blessé à Little Big Horn. Ce type de comportement s'accorde mal des accusations de couardise que d'aucuns profèrent... Par ailleurs, si l'on accuse Benteen de lenteur, il faut reconnaître que son itinéraire s'effectua en terrain assez encaissé et difficile, sans comparaison aucune avec la douce pente que Custer dévalla au galop...

Page suivante La légendaire poursuite des Nez Percés par l’armée

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site