"

1. Native Americans

                 

                                          - LES ARAPAHOS -

                                        

Certaines vieilles traditions laissent supposer que les Arapahos vivaient dans des villages permanents dans les régions forestières de l’Est du continent ; ils y pratiquaient l’agriculture. Quand ils ont été repoussés à l’ouest, ils se sont divisés en plusieurs groupes allant vers le nord et au sud. Les Arapahos étaient proches des Cheyennes avec lesquels ils combattirent contre le lieutenant colonel George Armstrong Custer à Little Bighorn. Au 20ème siècle, leur population étaient de 2,000 sur leur réserve du Wyoming, et un peu plus de 3,000 dans l'Oklahoma.

                               Vie quotidienne

                     

Comme les autres tribus des indiens des plaines, les Arapahos étaient des nomades, vivant dans des tipis. Ils suivaient les troupeaux de bisons, leur principale souce de nourriture. Ils faisait du commerce avec d’autres tribus comme les Mandans et les Arikara. Ils étaient aussi profondément spirituels. Chaque objet ou action avait un symbole religieux important. Comme les Sioux, ils pratiquaient le Sun Dance (la danse du soleil). Plusieurs histoires anciennes font référence à une pipe sacrée qui était toujours transportée en tête de leurs deplacements quand ils allaient vers le nord. Le porteur de la pipe indiquait le début et la fin des journées de marche. A la nuit tombée, la tribu s’installait en cercle autour du porteur de la pipe. Il semble que la tribu du nord possède encore cette pipe aujourd’hui.

Les Arapahos (également appelés Arapahoes ou Gens de Vache en français)sont une tribu Amérindienne qui vivait à l'époque de la colonisation européenne dans les plaines de l'est du Colorado et du Wyoming. Ils étaient de proches alliés des Cheyennes et généralement des Sioux. Ils formaient avec les Cheyennes une enclave de langue algonquine dans l'Ouest. Les Arapahos du Nord habitent aujourd'hui sur la réserve de Wins River au Nord de Lander (Wyoming)

                 

Il semblerait que les Arapahos habitaient dans le Minnesota et le Dakota du Nord avant l'arrivée des Européens. L'expansion de ces derniers les aurait poussés vers l'ouest dans le Colorado, le Wyoming et le Kansas. Lorsque les États-Unis ont placé la plupart des Indiens dans des réserves, un groupe d'Arapahos a été envoyé en Oklahoma. Ils partageaient la réserve avec les Cheyennes et les cultures cheyenne et arapaho ont évolué conjointement.Les Arapahos vivaient dans des tipis en peau de bison.Avant d'être envoyés dans les réserves, ils migraient souvent à l'instar des troupeaux de bisons; ils avaient donc conçu leurs tipis de manière à les transporter facilement.On a affirmé qu'un village entier pouvait plier bagage en seulement une heure. A l'origine,ils utilisaient des chiens pour tirer des traîneaux portant leurs biens.Lorsque les Arapahos découvrirent les chevaux des Européens, ils réalisèrent qu'ils pourraient voyager plus vite et plus loin en remplaçant leurs chiens par des chevaux.Plus tard, ils devinrent de grands commerçants en vendant des fourrures aux autres tribus et aux non-Indiens.Beaucoup pensent que le nom Arapaho vient du mot Pawnee signifiant commerçants. Les enfants pêchaient et chassaient souvent avec leurs pères pour se divertir. Alors qu'ils avaient beaucoup plus de corvées que les Arapahos actuels, ils avaient encore le temps de pratiquer de nombreux jeux.Un de ces jeux consistait en un cerceu doté d'un filet et d'un bâton qu'il fallait lancer au centre du filet. On notera la similude avec le jeu de fléchettes. De nos jours, certains Arapahos se sont lancés dans les jeux de hasard et l'industrie des Casinos. Certains possèdent leur propre Casino ; on citera particulièrement le Arapaho Casino situé dans le Wyoming.  

    

                                             - LES CHEYENNES -

        

Les indiens Cheyennes vivaient dans les grandes plaines à l’est des Montagnes Rocheuses et à l’ouest du fleuve Mississipi. Aujourd’hui, ils sont installés dans le Montana dans l'Oklahoma. A l’origine, ils vivaient dans l’est des Etats-Unis. Ils étaient sédentaires et habitaient dans des villages. Quelques-uns déménagèrent plus a l’ouest. Finallement, ils s’installèrent dans les grandes plaines et les régions boisées de la vallée du Mississipi.

wolf robe

                                               Langue:

Le dialecte Cheyenne est appartient à la famille des Algonquins. Leur alphabet contient 14 lettres. Les Cheyennes essaient désespérement de conserver leur langue d'origine..
 

                                       Vie quotidienne:

Les Cheyennes préparaient leur journée avant le lever du soleil. Faire du feu était la première tache à effectuer. Les femmes se levaient et allaient chercher de l’eau, pendant que les hommes et les garçons allaient prendre leur bain dans le ruisseau le plus proche. Les femmes préparaient alors le repas du matin.

                

Les garçons devaient aussi récupérer les chevaux qui s’étaient éloignés du camp pendant la nuit. Après le repas, des annonces étaient faites par un ancien qui tournait autours des gens avec son cheval. Quand il avait fini, les gens vaquaient à leurs occupations quotidiennes. Les enfants se dispersaient pour aller nager, jouer ou faire des figurines de glaise. Les femmes formaient des groupes pour aller chercher du bois et des racines tôt le matin. C’était leur moment pour blaguer et rire. Elles ramassaient des bouts de bois par terre et brisaient des branches. Le bois était ensuite partagé, mis en fagots et attaché sur leurs dos. Puis, elles revenaient au camp. Les hommes les plus âgés fabriquaient les arcs, les flèches et les pipes pendant que les plus jeunes amélioraient leur apparence personnelle ou écoutaient les vieux hommes, sages et avisés. Les hommes chassaient le gibier pour fournir le camp en nourriture. Le soir venu, les Cheyennes faisaient de la musique, des danses, et autres activités. Puis le camp redevenait silencieux et tout le monde allait se coucher. Une coutume importante chez les Cheyennesétait de fumer le calumet de la paix. Cette coutume repondait à des règles très strictes. Une prière était faite avant la première bouffée. Chacun avait sa propre manière de fumer le calumet. Une autre coutume était de raconter des histoires, seules quelques personnes étaient habilitées à le faire. Ces histoires étaient racontées souvent, et toujours de la même manière.  

                      

  

                            -LES COMANCHES -

                           

Le territoire des Comanches comprenait les zones qui vont du Colorado jusqu’au Rio Grande au Texas. Ce territoire aussi appelé le grand désert américain regorgait autrefois de bisons, de chevreuils, d'antilopes, d'ours et de loups. Tous ces animaux, à l’exception du loup, étaient chassés par les Comanches et assuraient leur subsistance. Leur régime alimentaire était complété par des pommes de terre, des fruits, des noix et des baies qui étaient récoltées par les femmes. Leur nourriture était variée. Les Comanches étaient bons cavaliers, ils savaient monter à cheval depuis leur plus jeune âge. La richesse parmi les membres de la tribu était calculée en fonction du nombre des chevaux que possédait une famille. Les hommes montaient à cru, utilisant des couvertures plutôt qu’une selle. Pour prévenir des dommages causés par le frottement, ils portaient des pagnes et des mocassins. Les hommes apprenaient à chasser et à se battre à cheval. Ils avaient des lances, des boucliers, des arcs et des flèches, des grands couteaux pour se battre au corps à corps.

 
Les femmes quant à elles cuisinaient, nettoyaient et élevaient les enfants. Les Comanches étaient des chasseurs nomades et quand ils changeaient de territoire, c’étaient les femmes et les enfants qui pliaient les tipis en peaux et préparaient le départ. Quand les enfants grandissaient, on les autorisaient à faire des erreurs dans le but d’apprendre. Plus les hommes vieillissaient plus on attendaient d’eux d’être des amis, de ne pas se vanter ni de vouloir prouver leur masculinité. Les Comanches n’avaient pas de grandes cérémonies religieuses. La plus importante phase de la vie d’un jeune homme était la quête d’une vision. Un garçon s'y préparait avec soin autant physiquement que spirituellement. Il devait trouver un endroit retiré pour jeuner, méditer et prier pendant des jours, en attendant une vision. Elle venait souvent sous la forme d’un être ou d’un animal. Si l’enfant ne réussissait pas la 1ère fois, il essayerait à nouveau jusqu’au succès. Il pourrait alors rentrer au village en tant qu'homme. C'etait sa 1ère experience avec 'puhas', sorte de puissance divine. Les Comanches n’étaient pas très superstitieux , mais ils croyaient que 'puhas' protègerait leur famille et leurs armes. Si un homme avait un grand 'puhas' et une connaissance des cérémonies, de la médecine et des plantes, on l’appelait 'medicine man' (l’homme médecine). Quand l’homme blanc vint sur leur territoire, les Comanches les combatirent fort et longtemps pour défendre leur terre. Ils finirent cependant grand perdants comme pour les autres tribus.

Aujourd’hui, nous avons peu de documentation sur les Comanches hormis qu’à un moment donné ce grand peuple domina le sud ouest de l’Amérique.
 

       

- LES HOPIS -

                          

Les Hopis ont occupé quasiment tout le nord de l’Arizona, de la Californie au sud du Nevada. Aujourd’hui, ils vivent sur la réserve de Black Mesa en Arizona, près de Painted Desert.

 

Langue:

Le Hopi fait partie de la famille Shoshone, elle-même issue de la langue aztèque.

Leur histoire:

On pense aue les Hopis ont immigré de nord du Mexique ebviron 500 ans avant J.C. C’était une tribu de chasseurs et cueilleurs qui vivaient dans des maisons enterrées. Environ 1200 ans plus tard, l’aliment de base devint le maïs qu’ils étaient capables de faire pousser sur les plateaux arides. Plusieurs petits groupes s’associèrent et de grands villages. L’agriculture devint de plus en plus importante au fur et à mesure que la population grandissait. Des clans se formèrent, et chacun était responsible de son champ. La société Hopi était matrimoniale, c’est à dire les successions et le statut social se faisaient par la mère.

                   

Les femmes possédaient les champs, mais seuls les hommes de leur clan pouvaient y travailler. Chaque clan avait également la charge de certaines cérémonies au cours de l’année. C’était une société où chaque clan pratiquait sa propre cérémonie et même les femmes pouvaient y officier. Les Hopis vivèrent ainsi jusqu’aux environ de 1540, quand un groupe d’explorateurs espagnols mené par Coronado, vinrent pour la 1ère fois dans cette région. Par la suite, les missionnaires espagnols essayèrent de convertir les indiens au christianisme tandis que les explorateurs et les soldats cherchaient tous les moyens pour les exploiter. Pendant ce temps, la tribu Navajo voisine commencait elle-aussi à sentir la pression des Espagnols. Il s'en suivi une guerre qui affecta les Hopis et les autres tribus voisines. Cette période de guerre dura jusqu’en 1824 quand les Espagnols ont reconnu l’indépendance du Mexique et que les terres des Hopis furent données au gouvernement mexicain. Bien que l’Espagne les laissa maintenant en paix, les Navajos continuèrent d’attaquer les Hopis pour prendre leurs terres. En 1870 le gouvernement américain revendiqua lui aussi les terres Hopis. Ceux-ci durent à nouveau se battre pour finir dans la réserve Hopi de Black Mesa où ils vivent encore aujourd’hui.

 

Vie quotidienne:

Les Hopis essayent de conserver leur mode de vie traditionnel. Ils sont engagés contre le gouvernement américain ainsi que contre les Navajos pour récupérer leurs terres ancestrales. Les Hopis sont bien renommes pour leur habilité en agriculture. Ils conaissent la culture en terrasses et les méthodes d’irrigation. Ils savent faire pousser le maïs, le coton, les haricots, les courges et le tabac au milieu du désert de l’Arizona.

                                                                

    

-Les Navajos-

 

Navajo, peuple indien d'Amérique du Nord, de la famille linguistique athabascane et de la zone culturelle du sud-ouest. Les Navajos vivent aux États-Unis, dans des réserves du nord-est de l'Arizona et des régions contiguës du Nouveau-Mexique et de l'Utah.

Ils sont étroitement apparentés aux Apaches. On pense qu'ils venaient du nord et se sont installés dans le sud-ouest des États-Unis au cours du XVIe siècle. Au XVIIe siècle, les Navajos étaient devenus un peuple pastoral, avec une économie fondée en grande partie sur l'élevage et la chasse.

          

Les Dineh vivent dans une région entourée de quatre montagnes, les quelles constituent les limites sacrées du territoire qui leur appartient de longue date. Les Dineh traditionnels de Big Mountain ont officiellement proclamé leur indépendance en 1979.

" Après la création des Navajo, quatre montagnes et quatre rivières ont défini l'endroit où ils devaient vivre. Cela devait être notre pays, Dinehtah, qui nous a été donné par la Première Femme des Dineh (NDLR: nom traditionnel des Navajo). Nos ancêtres nous ont dit que nous ne devions jamais nous déplacer à l'est du Rio Grande ou au nord de la rivière San Juan; et je crois que c'est notre arrivée à Bos que Redondo qui a provoqué tant de décès parmi nous et parmi nos animaux. La Première Femme, quand elle a été créée, nous a donné ce morceau de terre, elle l'a créé spécialement pour nous et elle nous a donné le mais blanc... J'espère que vous ne me demanderez pas d'aller dans un autre pays que celui-ci qui est le nôtre. "
adresse du chef Barboncito au général William Tecumseh Sherman (1868)

Cinq cent millions d'années avant Dinehtah - le plateau du Colorado - se trouvait à la latitude de l'équateur, au nord-est d'Atzlàn, le sud-ouest des Etats-Unis. C'était un socle granitique plat recouvert d'une mer. Jusqu'à cent millions d'années avant J.C., retraits et incursions marines alternaient avec des vagues de dunes sableuses. Trois cent millions d'années avant J.C., un mouvement tectonique, qui se poursuit actuellement, commença a donner naissance aux montagnes qui encadrent Dinehtah. Cent millions d'années avant J.C., le mélange des sédiments marins, des alluvions nées de l'érosion intense des pentes montagneuses et les matières organiques issues des dinosaures commençaient à se transformer en charbon. Dix millions d'années avant J.C., des pluies importantes creusèrent les cours d'eau souterrains, qui firent apparaître des canyons. Dans cette région, unique au monde par ses formes spectaculaires et son fragile équilibre, l'homme s'installa dix mille ans avant J.C..  

Guerres avec l'Espagne
Parmi ces hommes, se trouvaient ceux que les Dineh appellent "les Anciens" (Anasazi), qui, à partir du IXe siècle après J.C. vivaient dans les villages situés dans les cavités des falaises, avec des techniques de maçonnerie supérieures à celles des Européens de l'époque. Au XIII siècle, les Anciens migrèrent, selon les Zuni et les Hopi, vers le sud de Dinehtah. Ils construisirent sur les falaises et autour du Rio Grande, des villages en pisé que les Espagnols appelèrent "pueblos", nom qui sera aussi donné à ces Indiens agriculteurs. Les Dineh, appelés ceux des grands champs" (Navaju) par les Pueblo, vivaient en habitat dispersé dans des igloos de terre (hogan), les protégeant de la chaleur, du froid et des insectes. Ils chassaient, eticillaient et cultivaient le maïs, les haricots et les melons. Les femmes tissaient le coton sauvage. lIs furent régulièrement attaqués par les Utah (Ute), Indiens appartenant à la civilisation des grandes plaines. qui vivaient au nord de Dinehtah.
Juan de Onate, descendant direct de Cortés, le conquérant du Mexique. et de Moctezuma, le dernier empereur aztèque. commença la colonisation des Pueblos du Rio Grande en 1598. Après une série de combats avec les Pueblo et les Apache. son fils établit la capitale de la colonie, appelée Nouveau-Mexique, à Santa Fe, à la frontière est de Dinehtah, en 1610. Les Pueblo furent christianisés en apparence. réduits en esclavage. et leurs terres furent distribuées (en "encomiendas") aux soldats et aux colons espagnols, accompagnés d'Indiens du Mexique. Les esclaves pueblos fugitifs se réfugièrent à Dinehtah et apportèrent chevaux et moutons aux Dineh, qui devinrent rapidement des éleveurs et des cavaliers hors pair.

Dinehtah devient alors la nation indienne la plus riche et la plus puissante d'Atzlan, grâce au bétail et au tissage inégalé de la laine. Signe de prospérité, le vêtement des Dineh: épais ponchos chamarrés, ceintures de cuir, bottes en peau de cerf, turbans et bijoux d'argent.
De 1609 à 1846, Dinebtah indé-pendant est en guerre incessante contre les Espagnols, aidés des Pueblo (1), des Chicanos (métis) et des Dinehanaih (une tribu navajo), au sud-est, et avec les Ute et les Comanche, au nord-est. En effet, Dinehtah est vu par les Espagnols comme un réservoir d'esclaves en puissance.


Pourtant, les Dineh sont pacifiques et ne cherchent pas à étendre leur territoire. Mais ils organisent des raids pour récupérer leurs proches et leur bétail chez l'ennemi. Une douzaine de traités de paix sont signés pendant cette période avec l'Espagne et le Mexique. Les captifs des Dineh seront toujours libérés - et reviendront librement chez les Dineh - tandis que les esclaves navajo seront maintenus sous le joug et alimenteront les marchés, malgré les clauses explicites des traités. Ces déplacements massifs, accompagnés de massacres couverts par l'Eglise catholique (2), constituent un dra-me permanent pour cette confédération de clans dineh, où règnent la démocratie et l'égalité des sexes. 
  

                                 -NATION UTE-
                    

L'Utah [UT] est un État de 219 932 km² situé dans le centre-ouest du pays : il est limité au nord par l'Idaho et le Wyoming, à l'ouest par le Nevada, au sud par l'Arizona et le Nouveau-Mexique et à l'est par le Colorado. 

 La capitale de l'Utah est Salt Lake City. Le nom Utah provient de la tribu Ute et signifie «peuple des montagnes».

 

En 2000, l'Utah comptait 2,2 millions d'habitants. Quelque 87 % des Américains de cet État parlent l'anglais comme langue maternelle. Environ 7,4 % parlent l'espagnol, les autres parlant en petit nombre l'allemand, des langues asiatiques (chinois, japonais, coréen, etc.), amérindiennes (navajo), etc. La Constitution de 1898 ne contient aucune disposition à caractère linguistique; les modifications de 1998 n'en contiennent pas davantage.  Par contre, il existe plusieurs lois à caractère linguistiques, dont une loi du 7 novembre 2000, qui rendait l'anglais langue officielle de l'État.  La capitale de l’Utah est Salt Lake City.

       

La région de l'Utah était peuplée de tribus indiennes (les Utes et les Navajos) lorsqu’en 1776 des missionnaires espagnols pénétrèrent le territoire jusqu’au lac Utah. Les mormons, persécutés en raison de leurs croyances religieuses, s'établirent dans la région à partir de 1847 et, conduits par Brigham Young, y ont fondé Salt Lake City. Les États-Unis n’ont pris possession de la région, qui appartenait au Mexique qu’à la suite du traité de Guadalupe-Hidalgo (1848) mettant fin à la guerre américano-mexicaine. En 1849, les mormons ont émis une demande d’admission dans l’Union. Celle-ci a été retardée par les difficultés existant entre les mormons et le gouvernement fédéral, notamment sur l’acceptation de la polygamie par l’Église mormone. À partir de 1862, le gouvernement des États-Unis a encouragé l’immigration de non-mormons qui ont alors afflué vers l’Utah après l’inauguration du chemin de fer transcontinental en 1869. L’Utah a finalement été admis dans l’Union le 4 janvier 1896, devenant ainsi le 45e État américain.

          
          

Page suivante 2. Native Americans

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site